You are currently viewing Résumé livre : Les lois naturelles de l’enfant

Résumé livre : Les lois naturelles de l’enfant

Quel est le rapport entre cet article ” Résumé livre : Les lois naturelles de l’enfant ” et les plantes sauvages ? Les enfants ! En effet en tant qu’animateur débutant, je me suis confronté à des enfants adorables lors de ma première Initiation aux plantes sauvages. C’était assez frustrant de manquer de ressource pour rendre cet échange ludique. J’ai donc lu ce livre pour en savoir un peu plus. J’ai été servi et j’en veux encore !

Les lois naturelles de l'enfant C. ALVAREZ

À la demande de parents, j’ai entrepris la préparation d’un jeu en plein air pour enseigner aux enfants les connaissances des plantes sauvages comestibles.

Je n’ai pas d’enfants, mais j’ai quelques expériences acquises par le biais du bénévolat et de l’interaction avec les enfants de mes amis. Cependant, je n’ai pas vraiment d’idée des jeux à proposer pour animer cette session de découverte de la nature.

Avec les adultes, c’est assez simple : ils comprennent rapidement et ont des objectifs précis. Je m’adapte bien à leurs attentes et l’utilisation de l’humour est facilitée par nos références communes.

Le livre Les lois naturelles de l’ enfant de Céline ALVAREZ est arrivé à point nommé !

Un ouvrage expliquant le fonctionnement de l’enfant. Riche en synthèses d’études sur les enfants, il permet de comprendre les rouages de leur monde et de choisir des jeux adaptés à ce jeune public. À travers ce guide, j’ai pu m’enrichir grâce aux clés que Céline propose, afin de me former pour devenir un adulte aimant et bienveillant. C’est un véritable outil de formation qu’elle a conçu avec l’aide d’Anna Bisch, une personne qui l’a accompagnée dans son expérimentation réelle dans une école de Gennevilliers.

Pour écrire ce résumé, je me suis posé 10 questions pour trouver des réponses à mon besoin actuel. Le livre, comprenant 5 chapitres détaillés, aborde notamment la lecture, l’écriture et les mathématiques de manière très instructive, particulièrement utile pour la création d’un projet futur : une crèche-école Alvarez. Le jeu proposé s’appelle HerboHéros Cliquez ici 👉HerboHéros : Un jeu pour découvrir les plantes sauvages en famille

A retenir  pour créer des jeux autour des plantes :

Selon moi, voici les éléments à retenir du Résumé du livre: les lois naturelles de l’enfant Céline ALVAREZ :

Sortie Orléans : Découverte des plantes sauvages comestibles
  • Créer une équipe,
  • Adopter un comportement exemplaire
  • Prendre en compte les préférences des enfants
  • Promouvoir la liberté et l’activité
  • Les aider grâce à des indices pour les encourager à persévérer
  • Attiser leur curiosité
  • Expliquer d’abord les erreurs puis les encourager à progresser
  • Accueillir les interactions pour stimuler les échanges
  • Proposer du contenu de qualité avec une notion de niveaux
  • Prévoir des moments de repos
  • Stimuler les sens avec les odeurs, le goût, le toucher
  • Leur donner un objectif de jeu clair
  • Favoriser les activités en plein air et à la lumière.

1 – Comment fonctionne un enfant ?

Les enfants naissent altruistes et empathiques, comprennent nos émotions, ont le désir d’aider naturellement et distinguent le bien du mal. Ils reconnaissent leurs points communs avec d’autres personnes et, après une dispute, il suffit souvent de leur rappeler ces similitudes pour qu’ils se réconcilient.

Les séparer est une faute. Il suffit de les réconforter, décrire la situation et de leur demander de se remémorer leurs points communs.

 Les enfants accumulent beaucoup d’informations pendant la journée et la fatigue est un signe que leur cerveau est saturé. Il est donc crucial qu’ils puissent se reposer. Cette phase de repos permet au cerveau de trier et d’enregistrer les informations utiles. Elle peut être obtenue en “ne faisant rien”, comme se promener au parc. Dans l’expérimentation de Céline, un espace de repos a été créé dans la classe pour que les enfants puissent dormir, rêvasser ou se reposer. Même ceux qui arrivaient fatigués à l’école pouvaient en profiter

Concernant les mathématiques, les enfants naissent avec une capacité intuitive dans ce domaine. Le livre de Céline Alvarez illustre cela par une expérience fascinante : des bébés parviennent à distinguer des opérations de base comme 1+1 = 2 et 2-1 = 1. L’expérience est menée avec deux peluches placées dans une boîte transparente. Les enfants, observant les changements, désignent du doigt et du regard le résultat visuel correspondant à l’opération mathématique. Cette capacité naturelle souligne l’importance pour nous, adultes, de guider les enfants dans le développement de cette faculté dès le plus jeune âge. Cela peut se faire à travers des jeux challengeants et adaptés à leur niveau, conçus pour stimuler et renforcer cette compétence mathématique innée.

Concernant l’écriture, les enfants ne sont pas naturellement disposés à écrire en lettres capitales, c’est-à-dire en lettres constituées de traits droits. En revanche, ils écrivent naturellement avec des courbes et des boucles. Les enfants aiment écrire et coller des étiquettes sur tout ce qui les entoure, y compris sur les pantalons ou même la robe de l’inspecteur de l’académie ! Cette tendance à préférer les formes arrondies dans l’écriture souligne l’importance de les encourager dans leur manière naturelle d’apprendre, en les guidant avec bienveillance et compréhension dans leurs premiers pas vers l’écriture.

L’un des points clés, selon moi, est de considérer les fonctions exécutives de l’enfant qui se développent de 3 à 5 ans. Ces fonctions se décomposent en trois piliers :

  • La mémoire de travail,
  • Le contrôle inhibiteur, qui permet de se concentrer,
  • La flexibilité, qui permet de se corriger.

Ces fonctions exécutives sont importantes car un enfant qui les développe bien aura, une fois adulte, une meilleure estime de soi, une meilleure santé et de plus fortes chances d’entrer dans une université.

Ces fonctions se révèlent lorsque l’enfant déclare : “Moi tout seul”. Cette expression traduit le désir de l’enfant d’apprendre, de se corriger et de réussir par lui-même. Avec le temps, il développera ainsi de l’autonomie et de l’organisation.

En tant qu’adulte, notre meilleure façon d’agir est d’accompagner les enfants. Un exemple tiré du livre : un enfant et son grand-père s’apprêtent à descendre un escalier. Le grand-père tient la main de l’enfant. L’enfant tente de retirer sa main en disant “Je veux faire tout seul”. Le grand-père le lâche, tout en restant à côté pour assurer sa sécurité. L’enfant descend les marches à son rythme, accompagné de son grand-père aimant et bienveillant.

Je partage avec vous cette pensée de Pythagore : “Un homme n’est jamais si grand que lorsqu’il se met à genoux pour aider un enfant.”

Un dernier point important est que les enfants ont besoin de trouver leur place. Les inclure dans les tâches domestiques dès l’âge de 3 ans leur permet de développer leurs compétences. Grâce à ce processus, ils établiront de meilleurs liens sociaux, et développeront un sens de l’organisation, du rangement et de la propreté.

2 – Quel type de jeux proposer ?

Il est recommandé de proposer des jeux libres avec de vrais objets, tout en éliminant les sources de distraction.

Ces distractions peuvent être les écrans, les décorations murales, ou encore les objets inutiles, encombrants et en plastique. Par de vrais objets, on entend des objets du quotidien tels que des verres, des tapis, des cuillères en bois. Les jeux décrits dans le livre sont notamment utilisés dans les écoles Montessori, fondées par le docteur Maria Montessori.

Pourquoi opter pour des jeux libres ?

Parce que c’est à l’enfant de s’orienter vers les domaines qui l’intéressent. Sans intérêt, pas de mémorisation. Aujourd’hui, c’est souvent l’adulte qui dirige, ce qui est une erreur. Grâce aux jeux libres, les troubles de l’attention chez les enfants diminuent de 68 % et leurs résultats scolaires augmentent de 37 %.

3 – Quelles méthodes employer ?

 Pour guider les enfants, il est important de savoir dire « non » tout en expliquant clairement pourquoi une action ne respecte pas les personnes ou le matériel, et de trouver ensemble une solution.

Lorsqu’un enfant demande notre avis, il convient de décrire précisément ce que nous observons et de mettre en valeur les qualités développées. Il est essentiel d’être soi-même bien organisé, car nous sommes des modèles pour les enfants. Ils nous observent et nous imitent.

 Il faut laisser les enfants vivre et explorer, car ils sont constamment dans leur zone d’apprentissage. Il est important de ne pas toujours vouloir tout faire à leur place, surtout sous prétexte que nous sommes pressés.

Concernant le matériel, comme indiqué page 126, il est utile de nommer les perceptions, par exemple : « cette surface rouge est douce », « cet objet est lisse », etc.

4 – Comment se comporter en tant qu’adulte ?

 Il est essentiel de protéger les enfants de toute source de stress. Le cortisol, une hormone sécrétée par le corps en situation de stress, met le corps en état d’alerte. Cette réaction d’alerte n’est pas propice à un apprentissage efficace. Les sources de stress peuvent être des conflits, comme des disputes, des insultes ou des bagarres. Le stress se communique et se ressent ; ainsi, chers parents, vous êtes invités à protéger vos enfants et à gérer vous-même le stress.

Nous devons rassurer l’enfant.

En effet, les enfants n’ont pas la capacité de maîtriser pleinement leurs émotions, c’est donc à nous de les guider, de les rassurer et de les apaiser.

Avoir un espace ordonné et propre aide à se concentrer sur les activités et optimise l’apprentissage. Il est également important d’adapter le niveau de difficulté des jeux. Un enfant qui s’ennuie trouvera un autre moyen de faire ce qu’il souhaite. En revanche, un défi qui semble difficile mais réalisable, même si l’enfant doit y consacrer une semaine entière, est bénéfique.

Nous devons les laisser expérimenter tout en les guidant et en croyant en eux : c’est l’effet Pygmalion.

Qu’est-ce que l’effet Pygmalion ?

Considérer les enfants comme des génies et croire sincèrement en leur potentiel augmente leurs capacités (voir page 148). Si vous ne croyez pas en eux, qui le fera à votre place ?

Mettre en place un tableau de suivi pour suivre la progression des enfants et adapter les prochains jeux. Cela permet également de montrer aux enfants leur progression et favorise les échanges entre eux. Il est important de respecter les objectifs des enfants et de ne pas les sous-estimer.

5 – Faut-il récompenser ?

Aujourd’hui, ma réponse est non. Notre organisme sécrète des hormones, et là, nous allons parler de la dopamine, l’hormone de la récompense.

De ce fait, nous avons déjà des récompenses internes. Naturellement, nous aimons apprendre, nous aimons réussir surtout après de nombreux échecs. Le progrès est la récompense de nos efforts.

Les appréciations sur un bulletin, à l’oral et les notes ne sont pas toujours le meilleur chemin à suivre.

En effet, l’enfant est en phase d’apprentissage, et les erreurs doivent être vécues comme des expériences enrichissantes. Il est inutile de souligner les erreurs en rouge, car cela pourrait engendrer un sentiment d’impuissance acquise : les enfants pourraient rester muets par peur d’être jugés, moqués ou grondés.

“L’expérience est une bougie qui éclair le chemin de celui qui la porte .” – Confucius

6 – Comment obtenir un apprentissage efficace ?

Les enfants naissent altruistes. Dans ce livre, Céline nous fait part d’une idée à la fois simple et évidente : créer des groupes d’enfants d’âges différents. Pourquoi cela ? Ce qu’un enfant de 10 ans a appris, il peut à son tour l’enseigner. En enseignant, l’enfant devient actif et mémorise jusqu’à 90 % du savoir qui lui a été présenté.

Pour en savoir plus, consultez le cône de Dale sur le site penserchanger.com.

De plus, les enfants s’entraident entre eux. Une fraternité se crée, les jeunes modélisant le comportement des plus grands. Par exemple, un aîné qui lit donne envie au plus jeune de faire de même. Qui plus est, l’enseignante peut alors se concentrer sur les enfants qui demandent plus de temps, pendant que les plus grands transmettent à leur tour. L’enseignante n’a plus qu’à consolider les acquis

Pour augmenter la rapidité de l’apprentissage, il n’y a pas de programmes fixes.

On utilise uniquement des jeux intelligents avec des objets nobles, tels que le métal, le bois, le tissu, etc. Tout ce qui est en plastique, ainsi que la plupart des faux objets, ont été retirés. Des espaces à thème ont été créés et ce sont les enfants qui choisissent les jeux qui les attirent. Cela signifie qu’ils travaillent avec une attention maximale et sont actifs.Leur pratique peut durer des heures, voire des jours, ce que l’école traditionnelle ne propose pas avec ses emplois du temps segmentés en une heure de ceci et une heure de cela.

L’enseignante, grâce à son tableau de suivi, adapte la difficulté pour guider les enfants dans leur progression et maintenir l’auto-satisfaction qu’éprouvent les enfants

Grâce aux jeux qui stimulent leurs sens VAKOG (visuel, auditif, kinesthésique, olfactif et gustatif), l’apprentissage proposé rend la mémorisation rigoureuse et facile. Un enfant qui s’amuse est un enfant qui retient. Rire, c’est comme de la colle qui fixe le savoir.

L’absence de programme fixe provoque un intérêt endogène, ce qui rend les enfants autonomes et les mène vers l’émancipation. Par la suite, l’accès à la lecture devient leur moyen d’accéder à tout savoir disponible.

Les erreurs sont décrites, et des indices sont donnés par les enseignants, contrairement à l’école traditionnelle où l’erreur est sanctionnée. L’erreur est le fruit de l’apprentissage

7 – Comment mettre en place un environnement qui favorise l’apprentissage ?

Tout d’abord, il faut de l’amour. Des adultes qui aiment les enfants, qui les réconfortent et les accompagnent, permettent de poser les bases. Notre cerveau, en situation de stress, produit du cortisol, place notre corps en alerte et inhibe nos facultés d’apprentissage.

Dans un environnement sécurisé, les enfants développent des connexions, retrouvent leur nature en étant eux-mêmes : généreux, altruistes, et leurs compétences augmentent.

L’environnement doit être épuré. Dans la classe, Céline a fait le tri : les décorations superflues sont enlevées pour éviter les distractions, de même pour les objets en plastique. Les choses inutiles sont écartées. Des jeux de qualité sont installés, en privilégiant des matériaux comme le bois et le métal.

Des zones colorées sont créées par domaine, telles qu’un espace pour la géographie et les mathématiques. Un espace repos est aménagé pour laisser les enfants libres de se reposer. Un espace lecture est mis en place pour offrir un accès aux plus grands et inspirer les plus petits

Identifier des espaces en fonction des domaines permet aux enfants d’y accéder selon leur intérêt. L’accès est libre. Le fait que les enfants s’intéressent à différents domaines simultanément crée des interactions et des échanges sociaux. Les plus avancés transmettent leurs connaissances aux autres, et l’enseignant peut intervenir, lorsque l’enfant le demande, pour consolider leurs connaissances et répondre à leurs questions.

Les parents jouent également un rôle important dans l’environnement domestique. Un exemple tiré du livre : Céline nous partage le cas d’un enfant, plus faible que le reste de la classe, qui ne parvient pas à se concentrer plus de cinq minutes sur une activité. Malgré ses efforts, il ne réussit pas. Elle soupçonne que l’enfant passe trop de temps devant les écrans chez lui, ce qui se révèle vrai : environ 4 heures par jour.

Elle explique aux parents qu’elle est impuissante à aider l’enfant tant que les effets délétères de la télévision persistent : augmentation des troubles de l’attention et diminution des résultats scolaires. Pour en savoir plus sur ce sujet, je vous conseille ‘TV Lobotomie, la vérité scientifique sur les effets de la télévision’ de Michel Desmurget.

Une fois que les parents acceptent de ranger la télévision au sous-sol, il ne faut que trois semaines pour sevrer l’enfant de cette habitude. Sa progression s’envole alors. Les parents n’ont plus jamais remis d’écran dans leur domicile

Conclusion du livre Les lois naturelles de l’enfant de Céline ALVAREZ :

Résumé du livre Les lois naturelles de l'enfant, Céline ALVAREZ

Ce résumé du livre ” Les lois naturelles de l’enfant de Céline ALVAREZ” se termine pour ma part, ayant trouvé les informations nécessaires à mes besoins actuels.

Cependant, le chapitre 2 sur l’aide didactique nous guide pour mettre en place des méthodes permettant aux enfants d’apprendre à compter, lire et écrire naturellement. C’est un livre que je qualifierais d’outil essentiel, que je vais conserver pour construire un projet ambitieux dans la ville où je vis, une crèche école colonie qui s’appellerait un centre ALVAREZ

Pour aller plus loin :

  • Regardez le TEDx de 2013.https://www.youtube.com/watch?v=nwVgsaNQ-Hw
  • Une émision tv https://www.youtube.com/watch?v=jvVSBylWMl4
  • Pour se procurer le matériel : le matériel sensoriel, développé par le médecin français Jean Itard, repris par son élève Édouard Séguin et enrichi par le Dr. Maria Montessori.
  • Conférences de Maria Montessori disponibles sur le site web mariamontessori.org.
  • Quel livre choisir pour nos enfants qui les fait rire : Alain Le Saux, série « Papas », Stéphanie Blake, Mario Ramos.
  • Prochain livre pour se former : ‘Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs)’ du Dr. Marshall Rosenberg, 2016, La Découverte.
Apéro plantes sauvages comestibles

J ‘ai un bonus pour vous!

Auriez vous envie d‘apprendre trois plantes sauvages comestibles pour préparer votre premier apéro sauvage ?!

Alors, je vous propose mon livre PDF avec des vidéos pour aller sur le terrain et cueillir vos premières plantes sauvages . Cliquez ici pour le recevoir par e-mail

C’est gratuit, je vous l’offre, c’est ce que j’aurais voulu avoir pour commencer !

Si l'article vous a plu, vous êtes libre de le partager ! ; )

Laisser un commentaire