You are currently viewing Livre Vivre en pleine Nature François Couplan : Résumé et Avis

Livre Vivre en pleine Nature François Couplan : Résumé et Avis

En abordant le “Livre François Couplan – Vivre en pleine Nature”, on s’attendait à y trouver des astuces et des anecdotes, mais le résultat est bien plus substantiel. Le résumé que j’ai initialement envisagé s’est avéré être une aventure littéraire bien plus longue que prévue, dévoilant des pépites qui dépassent de loin mes attentes : c’est une formation complète en soi.

À travers cet ouvrage, c’est un manuel d’apprentissage dispensé par un expert que vous allez découvrir. François Couplan, fort de plus de 40 ans d’expérience dans l’art de vivre avec la nature, nous offre ses conseils précieux. C’est comme si, à travers les pages, il nous prenait par la main pour nous initier aux rythmes et aux subtilités du monde sauvage.

En poursuivant la lecture de ce résumé étoffé, vous ne vous lancez pas simplement dans la découverte d’un livre, mais dans une expérience de formation unique. Vous allez goûter aux d’un expert, François Couplan, avec sa sagesse et sa pratique de la nature. Vous aurez également mon avis et mon retour d’expérience sur quelques sujets.

Pour ceux préférant se faire une idée eux même :

EN MP3

 

Introduction

Bienvenue donc dans un voyage qui transcende le simple résumé d’un ouvrage. Ce “Livre François Couplan – Vivre en pleine Nature” est une incitation à apprendre et à se transformer au gré des leçons tirées de la vie elle-même. Préparez-vous à recevoir un legs de connaissances qui pourrait bien changer votre interaction avec le monde naturel autour de vous.

Vivre en pleine nature offre une bouffée d’air frais, une manière d’évacuer le stress et de reprendre contrôle de notre rythme de vie. Étonnamment, cette idée est souvent considérée comme marginale alors qu’elle devrait être perçue comme logique et naturelle. 🌳

La nature regorge de bienfaits pour notre bien-être. Elle nous fournit de l’air pur, de l’eau et de la nourriture gratuitement. Qui n’a pas ressenti un sentiment de bien-être après une balade en forêt ? Ou utilisé une plante médicinale locale pour apaiser une douleur ? 🌱

Mais il faut être prudent. La nature peut être aussi généreuse que meurtrière. Notre plus grand ennemi est notre propre ignorance : ne pas savoir identifier une plante toxique ou méconnaître les risques d’un terrain montagneux peut nous mettre en danger. Toujours avoir un guide des plantes locales peut faire toute la différence. ⚠️

Il y a trois éléments fondamentaux pour vivre en harmonie avec la nature : l’air, l’eau et la nourriture. Apprendre à purifier de l’eau naturelle avant de la boire ou connaître quelques plantes comestibles peut s’avérer crucial lors d’une randonnée. 🍃

La randonnée elle-même est une activité merveilleuse pour se ressourcer, explorer et même cueillir des plantes comestibles. Avec un peu de connaissances et des techniques simples, l’aventure en pleine nature devient accessible à tous. 🚶‍♂️

Au final, l’idée n’est pas simplement de survivre en pleine nature, mais de « sur-vivre », de vivre en symbiose avec elle. En adoptant une approche de “survie douce”, nous n’avons pas besoin de dépasser nos limites, mais plutôt de réapprendre les bases qui nous permettront de profiter pleinement de ce que la nature a à offrir. 🌼

SE SOIGNER EN PLEINE NATURE

PRÉPARATION ESSENTIELLE

Prenez le temps de vous préparer à tous les niveaux avant de partir en randonnée. Une bonne préparation rend l’expérience plus agréable et sécuritaire.

Le Matériel :

Cela permet de prévoir l’équipement nécessaire à votre randonnée et surtout de ne prendre que des objets utiles, voire doublement utiles. Ayez une trousse à pharmacie adaptée avec des éléments que vous connaissez. Oubliez les trousses toutes faites. Car en cas de besoin, sans familiarité avec votre matériel, vous serez comme une poule devant un couteau !

PRÉPARATION PHYSIQUE

Préparer votre condition physique est crucial. Deux séances de sport par semaine de 30 minutes suffisent à développer une forme adaptée aux longues promenades. En randonnée, vous rencontrerez des obstacles : chaleur, poids du sac, glissades, intempéries… Cela renforcera votre moral.

Avec une bonne condition physique, vous serez capable de faire face à des incidents en adoptant les bons gestes pour protéger votre groupe et vous-même. Ça ressemble à une préparation militaire, mais il n’en est rien. Grâce à cette démarche, vous serez préparé pour la vie quotidienne et, par conséquent, pour gagner en sérénité. Qui plus est, vous pourrez former vos enfants et votre équipe n’en sera que renforcée.

PRÉPARATION PSYCHIQUE

Préparez-vous également sur le plan psychique. Connaître l’environnement et la météo est essentiel pour anticiper les pièges de la nature. Le temps peut changer très vite, surtout en montagne, au point de devoir marcher à l’aveugle et risquer de tomber dans un ravin.

CONNAÎTRE SES LIMITES Apprenez à vous connaître. Si vous reprenez une activité physique, commencez doucement pour assurer la durabilité. Votre corps se renforcera avec le temps. Il est dommage de commencer trop fort et de se blesser dès le début.

LES INCIDENTS POSSIBLE EN PLEINE NATURE

LES TROUBLES ÉVENTUELS

Soyez à l’écoute, bienveillant et rassurant avec vos compagnons. Certains peuvent manquer d’estime de soi. Remettez les choses en perspective : c’est une randonnée, pas les Jeux Olympiques. Faites un briefing avant de partir. Il arrive que les invités aient une perception différente de l’objectif, entre ceux qui veulent parcourir des kilomètres et ceux qui souhaitent explorer.

PROBLÈMES DIGESTIFS

Cause : Mauvaise digestion

Remède : Infusion de fenouil, angélique, menthe, mélisse, thym, lavande. Le charbon de bois combat les fermentations intestinales. Des chapatis avec des cendres collées sont très efficaces. Bien sûr, faites un feu avec du vrai bois, pas un mélange de sciure et de colle comme pour les meubles en kit.

Je ferai un article prochainement sur ce le charbon.

La Constipation

Cause : Changement de régime alimentaire, déshydratation

Remèdes : Boire beaucoup. Infusion de plantes mucilagineuses comme la mauve, le tilleul, et stimulant biliaire.

La suite est à venir

L’HYGIÈNE EN RANDONNÉE 🌿

Nous avons tendance à nous laver plus que nécessaire. Le corps produit une couche de sébum protecteur, qui nous défend contre les agressions extérieures. En pleine nature, l’eau vive des rivières, riche en ions négatifs, est particulièrement vivifiante.

Pour réduire l’impact environnemental, utilisez des produits biodégradables et naturels, et assurez-vous de les utiliser avec parcimonie, loin des sources d’eau naturelles.sdzee

LA RIVIÈRE, UN SPA NATUREL

Il est essentiel de respecter l’écosystème : évitez de vous savonner directement dans la rivière, même avec un savon bio. Profitez de l’eau naturelle autant que possible :

  1. Faites des bains de pieds au bord de la rivière.
  2. Appliquez de l’argile ou de la boue sur votre peau, laissez sécher puis retirez-la. C’est un exfoliant naturel.

POUR LES TRADITIONNALISTES

Si vous préférez les méthodes conventionnelles, emportez de l’eau à au moins 50 m de la rivière pour vous laver avec votre savon, tout en gardant à l’esprit de minimiser votre impact environnemental.

LA HUTTE DE SUDATION

La hutte de sudation, connue sous le nom de “Sweat Lodge” en anglais, est une structure hermétique qui permet un ressourcement collectif. L’auteur partage avec nous son expérience en Amérique, au sein d’un rituel amérindien qui unit les quatre éléments fondamentaux : le feu, symbole de puissance ; la terre, représentant le corps ; l’eau, évoquant les émotions ; et l’air, associé à l’esprit.

Déroulement du rituel :

  • Sélectionnez un lieu près d’une rivière.
  • Dégagez le sol sur un diamètre de 2 mètres pour accueillir un groupe de 10 personnes. Creusez ensuite un trou de 50 cm de diamètre et de profondeur.
  • Installez des morceaux de bois flexibles autour pour créer une armature et couvrez-la de bâches, suivies de vos vêtements et de couvertures pour isoler. Utilisez du plastique pour garder au sec vos vêtements qui serviront après, si c’est une structure éphémère.
  • Allumez un feu à une distance de 5 à 10 mètres de la hutte, en y plaçant des pierres sèches. Évitez celles provenant de la rivière car elles pourraient éclater sous l’effet de la chaleur.
  • Lorsque les pierres sont chaudes, enlevez les cendres et placez-les dans le trou préalablement creusé.
  • Les participants peuvent entrer dans la hutte, nus ou en maillot de bain, selon leur confort.
  • Lancez sur les pierres chaudes une plante aromatique ou versez directement de l’eau pour créer de la vapeur.
  • Vous êtes en train de participer à un sauna naturel.
  • Chez les Indiens, ce rituel est aussi un moment de prière. Un guide arrose régulièrement les pierres et contrôle le rythme de la cérémonie.
  • À la fin, tout le monde sort pour se plonger dans l’eau froide de la rivière.

D’après François Couplan, cette expérience lui a offert l’une de ses meilleures nuits de sommeil.

Conseil avant de participer à la hutte de sudation :

Il est recommandé de ne pas manger avant le rituel. La combinaison d’une forte chaleur et d’un estomac plein peut être inconfortable, voire dangereuse.

🌿 Conseil pratique : La préparation physique et mentale est importante avant de participer à une hutte de sudation. Assurez-vous également d’être bien hydraté et d’avoir l’accord de votre médecin si vous avez des préoccupations de santé.

 

L’HYGIÈNE DENTAIRE

Pour vous brosser les dents, l’eau et un doigt suffisent en situation de survie. Une extrémité de branche de noyer mâchée peut servir de brosse à dents naturelle. Pour le dentifrice : mélangez simplement de l’argile, de l’eau, du sel et quelques gouttes d’huile essentielle de thym ou de menthe.

FAIRE SES BESOINS

impact environnemental et historique :

Faire ses besoins près des cours d’eau peut avoir des conséquences désastreuses, comme on l’a vu lors des épidémies de peste qui ont autrefois ravagé des populations entières. Il est primordial d’éviter la contamination des sources d’eau.

La bonne pratique :

Pour vos besoins naturels, optez pour un trou dans le sol. Après avoir fait vos besoins, enterrez-les ou recouvrez-les de pierres.

Conseils pour l’hygiène personnelle :

  • Oubliez le papier toilette, prenez une bouteille d’eau et rincez-vous avec. Même si cela peut sembler désagréable, rappelez-vous que c’est plus naturel et bien plus propre.
  • Pour sécher, ayez une serviette de toilette à portée de main. Personne n’aime enfiler ses vêtements sur une peau humide, même si elle est propre 😉 !

Un point de vue culturel :

Dans la plupart des cultures mondiales, on se lave sans papier. L’Occident a une préférence pour le papier toilette, souvent au détriment de nos forêts, ce qui est une illusion de propreté.

Alternatives écologiques :

Si l’idée de l’eau vous est encore étrangère, les feuilles de plantes peuvent être une alternative. La bardane offre de grandes feuilles, et les feuilles de digitale sont douces, bien que la plante soit toxique, cela ne pose aucun problème car les feuilles ne servent que d’alternative au papier toilette.

En l’absence de feuilles, les galets sont une option.

 

TROUSSE DE TOILETTE

  • Une brosse à dents (ou un bout de noyer)
  • Dentifrice fait maison à base d’argile
  • Laissez de côté le rasoir pour embrasser le naturel
  • Une serviette en microfibre pour son efficacité et sa légèreté
  • Un peigne si nécessaire

LAVAGE DES VÊTEMENTS

Utilisez de l’eau, des cendres et de la terre comme détergents naturels. Rincez vos vêtements dans l’eau claire et accrochez-les à votre sac pour sécher.

CHOISIR SON ÉQUIPEMENT POUR VIVRE EN PLEINE NATURE

LA PRÉPARATION DU SAC : LES CONSEILS DE COUPLAN

La question à se poser est : “Ai-je vraiment besoin de ça ?”. Organisez votre équipement en trois tas :

  1. Utilisé tous les jours
  2. Utilisé occasionnellement
  3. Jamais utilisé

📚 Conseil pour le lecteur :

Pour les objets occasionnels, demandez-vous si un objet du tas quotidien peut remplir cette fonction. Par exemple, un oreiller est agréable, mais peut-être pouvez-vous vous en passer ? Essayez de trouver au moins deux fonctions pour chaque objet. C’est un principe de la permaculture qui permet de réduire le poids et la quantité de matériel.

Le poids du sac à dos :

Le poids idéal du sac à dos devrait être :

  • Léger : 1/6 de votre poids
  • Moyen : 1/5 de votre poids
  • Lourd : 1/4 de votre poids

La capacité du sac :

Choisissez un sac de 50 à 100 litres avec une bonne armature. Pour les débutants, je recommande un sac avec une armature qui permet au dos de respirer, des réglages faciles et une répartition du poids sur les hanches pour soulager les épaules.

Étanchéité :

Un sac à dos n’est jamais complètement étanche. Utilisez des sacs poubelles pour garder au sec vos équipements, en particulier vos vêtements de rechange

L’équipement de sommeil :

L’oreiller de Décathlon est très confortable, je l’adore et je l’utilise même chez moi. Pour économiser de la place, utilisez un t-shirt et votre doudoune pour créer un oreiller de fortune.

🏋️‍♂️ Tableau de poids :

Consultez le tableau des poids dans l’onglet “Outils” pour adapter le poids du sac à vos besoins.

Organisation :

Les pochettes zippées sont pratiques pour compacter vos affaires. Avoir plusieurs poches est essentiel pour optimiser le rangement et l’accessibilité.

Les équipements importants et très utilisés doivent être à portée de main, dans les poches de vos vêtements. Le matériel de secours doit être particulièrement accessible.

Suivant l’exemple des unités militaires, placez le matériel d’urgence (comme les garrots, pansements hémostatiques) au même endroit pour chaque personne du groupe. Cela permet une intervention rapide et efficace en cas d’incident.

🏷️ Astuce de Rangement :

Utilisez du ruban adhésif en tissu pour étiqueter vos poches. Cela aide à attribuer une place fixe à chaque équipement, favorise l’organisation, et réduit le risque de perte.

Ce conseil peut sembler excessif (psycho), mais il est très efficace, pas seulement en randonnée mais aussi dans l’organisation de la maison. Éviter de perdre du temps à chercher des objets peut libérer jusqu’à 30 minutes par jour, ce qui laisse plus de temps pour des moments en famille ou pour soi-même.

Appliquer cette méthode de rangement dans la cuisine peut révolutionner votre quotidien, en rendant chaque tâche plus rapide et en réduisant le stress lié à la recherche constante d’objets.

Répartition du poids :

Placez les objets lourds près de votre bas du dos, près du centre de gravité. Les objets fréquemment utilisés doivent être facilement accessibles, tandis que les vêtements de rechange peuvent aller au fond du sac.

Pensez à faire un essai de répartition des poids avant votre départ pour vous assurer du confort et de la bonne gestion de l’espace dans votre sac.

DORMIR

CHOIX ET ENTRETIEN DU DUVET POUR UNE NUIT RÉCONFORTANTE

La Qualité avant le Prix :

Privilégiez un achat de qualité même si cela représente un coût plus élevé au départ. Cette approche, “less is expensive”, suggère que l’économie réalisée sur un produit bon marché peut être contre-productive car vous devrez peut-être racheter plus tôt que prévu.

Considérez l’achat de votre équipement de sommeil non pas comme une dépense mais comme un investissement dans votre confort et votre santé. Prenez le temps d’étudier vos options pour optimiser votre repos.

Posséder un sac léger et un sac moyen peut vous permettre de vous adapter aux variations de température.

Un sac sarcophage, ajusté à la forme du corps, évite le surplus de tissu inutile des sacs rectangulaires. De plus, le cloisonnement est souvent recommandé pour une meilleure répartition de la chaleur.

Comparaison Duvet vs Synthétique :

Le duvet est plus chaud que le synthétique mais nécessite une attention particulière :

  • Ne pas compresser le duvet trop longtemps.
  • Ranger le duvet dans un sac de stockage adéquat pour préserver sa qualité.
  • Déplier le duvet au moins deux heures avant de l’utiliser.

 

Entretien du Duvet :

  • Évitez de laver le duvet avec du savon.
  • Lavez à la machine à 30 degrés Celsius maximum sans essorage.
  • Exposez le duvet au soleil pour le sécher et l’aérer lors de vos pauses

 

💡 Astuce :

Pour plus de confort, envisagez une combinaison de couches : un sac extérieur en synthétique avec un intérieur en duvet pour les avantages des deux matériaux.

SAC À VIANDE POUR PROTÉGER VOTRE DUVET

Optez pour des sacs à viande en coton ou en soie. Ces matériaux sont confortables, doux et respirants, contrairement au nylon et à d’autres matières synthétiques.

Le sac à viande sert à :

  • Préserver la propreté de votre duvet.
  • Absorber la transpiration pendant la nuit.

En lavant régulièrement votre sac à viande, vous contribuez à prolonger la durée de vie de votre équipement de couchage.Le sac à viande est facile à laver et sèche rapidement, ce qui en fait un accessoire pratique pour maintenir un environnement de sommeil propre et agréable.

Pour maximiser votre confort pendant les nuits fraîches, pensez à vous munir d’une cagoule et de gants en soie. Cela vous permettra de faire face à la baisse des températures avec aisance.

CHOISIR UN MATELAS

Dormir à la Dure ?

Même si l’idée de dormir directement sur le sol ou sur des vêtements est tentante pour certains, la plupart d’entre nous préférerons un peu plus de confort et d’isolation.

Matelas en Mousse

  • Fiabilité : Les matelas en mousse sont réputés pour leur durabilité et leur capacité d’isolation.
  • Budget : Ils sont aussi souvent les moins chers du marché.
  • Confort : Cependant, le niveau de confort est basique, bien que cela puisse suffire à certains campeurs.

Matelas Partiels

  • Astuces : Pour économiser du poids, envisagez un matelas qui couvre seulement du haut du corps jusqu’aux fesses. L’argument est que les jambes ne nécessitent pas autant d’isolation et de confort.

Je n’ai pas encore testé cette option moi-même, mais l’idée mérite considération.

Visitez des blogs spécialisés pour comparer les types de matelas et leurs prix. les liens à venir

Matelas Autogonflants

  • Confort Supérieur : Certains modèles autogonflants peuvent offrir jusqu’à 10 cm d’épaisseur, assurant ainsi un confort optimal et une bonne isolation.

Les randonneurs qui investissent dans de tels matelas sont généralement très satisfaits de leur choix.

CHOISIR UN OREILLER

Les oreillers conçus pour le camping de chez Décathlon ou d’autres fournisseurs sont une bonne option, mais ils représentent un poids supplémentaire.

Solutions de Rechange :

  1.  Enroulez une doudoune autour d’un t-shirt pour créer un oreiller de fortune.
  2.  Placez votre sac contenant des sous-vêtements ou des vêtements doux pour servir à la fois de rangement et d’oreiller.

Pensez toujours à l’équilibre entre confort et praticité. Un sommeil réparateur est essentiel pour profiter pleinement de vos aventures en plein air.

CHOISIR VOTRE ABRI – LA TENTE IDÉALE

Tente Décathlon à 20€

Pour ceux qui débutent dans le camping, une tente à petit prix peut être une excellente entrée en matière. Elle permet de tester l’expérience sans trop investir.

Certes, ces tentes sont souvent plus lourdes, mais c’est un compromis acceptable pour les petits budgets.

Mon Expérience Personnelle :

  • Sur la Loire : J’ai vu des amis utiliser la fameuse tente à 20€, et ils se sont installés bien plus vite que nous avec notre tente tunnel à 150€, surtout sur un sol sablonneux où planter des piquets est compliqué.

Tente Tunnel vs Tente Dôme :

  • Tente Dôme : Elle offre l’avantage de pouvoir s’asseoir à l’intérieur pour se changer ou pour d’autres activités – un détail qui peut faire toute la différence.
  • Tente Tunnel : Si vous êtes adepte de ce type de tente, je serais curieux d’entendre vos arguments en sa faveur.

L’Humidité et l’Aération :

  • Aération : La différence de prix entre la tente à 20€ et une à 250€ se justifie souvent par une meilleure aération, ce qui est crucial pour limiter la condensation et l’humidité.
  • Confort en Été : Avec une tente de meilleure qualité, on peut parfois se passer de la toile extérieure et utiliser seulement la moustiquaire pour dormir au frais sans être dérangé par les insectes.

Dormir à la Belle Étoile :

  • Matériel Nécessaire : Si vous optez pour dormir sous les étoiles, une bâche ou une toile de protection ainsi que de la corde seront nécessaires.
  • Moustiquaire : N’oubliez pas la moustiquaire, c’est un must pour éviter les désagréments causés par les insectes.

Lorsque vous choisissez votre abri, pensez à l’environnement où vous allez camper. Les besoins ne seront pas les mêmes en forêt, en montagne ou sur une plage. La facilité de montage, le poids et l’aération sont des critères essentiels à prendre en compte pour votre confort et votre plaisir de camping.

LES CHAUSSURES DE RANDONNÉE – COMMENT BIEN CHOISIR ?

Modèles Hauts pour la Protection

Optez pour des chaussures montantes pour protéger vos chevilles, surtout sur les terrains accidentés ou lors de longues marches.

Les modèles adaptés à la montagne, comme ceux de Salomon que je préfère, offrent un bon compromis entre protection et confort.

Lutte contre les Odeurs

  • Bicarbonate de Soude : Versez une cuillère à soupe dans vos chaussures le soir et retirez la poudre le matin pour éliminer les odeurs.

Choix de Matériaux

  • Respirabilité : Assurez-vous que vos chaussures soient bien aérées pour évacuer l’humidité.
  • Cuir : Des chaussures en cuir bien entretenues avec du graissage régulier peuvent être un excellent choix pour la durabilité et l’étanchéité, choix de l’auteur .

Guêtres

  • Protection Supplémentaire : Pour les terrains envahis par les ronces ou humides, les guêtres peuvent s’avérer très utiles pour garder vos pieds au sec.

LES CHAUSSETTES – UN CHOIX CRUCIAL

Elles doivent absorber la transpiration et prévenir les frottements, sans comprimer le pied. Portez une ou deux chaussettes selon le climat et votre préférence personnelle.

Conseils pour l’Été et l’Hiver

  • Hiver : Remontez vos chaussettes pour plus de chaleur.
  • Été : Repliez-les pour plus de fraîcheur.

Pause Randonnée

  • Aération : Profitez des pauses pour enlever vos chaussures et laisser vos pieds respirer.

Matériaux de Chaussettes

  • Soie et Laine : Idéales pour l’isolation et le confort mais peuvent s’user plus vite.
  • Pour l’Hiver : La soie est chaude et fine, tandis que pour l’été, l’oléfine est préférable pour son transfert d’humidité efficace.
  • Prévention des Ampoules : Une combinaison d’une chaussette fine en sous-couche et une plus épaisse en laine peut réduire les risques d’ampoules.

Pour garder des pieds en santé et éviter les problèmes de confort, n’hésitez pas à investir dans des chaussettes de qualité et à emporter plusieurs paires lors de vos excursions. Changer de chaussettes en cours de journée peut rafraîchir vos pieds et prévenir les ampoules.

LES VÊTEMENTS ADAPTÉS À LA RANDONNÉE

Régulation de la Température Corporelle

  • Adaptation au Climat : Le corps humain se maintient naturellement entre 22 et 37 °C. Il est donc crucial d’adapter son habillement pour minimiser l’effort de régulation thermique du corps.

Gestion des Couches

  • Effort et Transpiration : Si vous êtes trop couvert pendant un effort, comme une montée, vous risquez de trop transpirer. Commencez avec plusieurs couches et retirez-les progressivement en fonction de votre sensation de chaleur.
  • Repos : Durant les phases de repos, pensez à vous couvrir pour conserver votre chaleur corporelle.

Matériaux

  • Laine : La laine garde ses propriétés isolantes même mouillée, mais n’est pas coupe-vent.

Protection contre le Vent

  • Poncho : C’est un choix polyvalent qui protège du vent, peut servir d’abri, de couverture pour votre sac et même de tapis ou de toit provisoire.
  • K-Way : À éviter. Bien qu’il protège de la pluie, il empêche aussi l’évacuation de la transpiration, ce qui peut créer un effet de condensation interne.

L’Alternative du Parapluie

  • Utilisation Astucieuse : Un grand parapluie léger peut être utile, surtout s’il peut s’accrocher à votre sac ou se planter dans le sol pour servir d’abri temporaire.
  • Inconvénient : Le vent reste l’ennemi du parapluie, il peut donc être peu pratique dans certaines conditions.

Pour la Fraîcheur

  • Accessoires : Équipez-vous d’une cagoule et de gants en soie pour une protection additionnelle sans l’inconvénient du volume ou du poids excessif.

🧣 Conseil du Randonneur :

Lors de vos sorties en nature, pensez toujours à emporter des vêtements qui peuvent s’adapter rapidement aux changements de température et aux conditions météorologiques. Une bonne gestion de vos couches de vêtements vous permettra d’économiser de l’énergie et de rester au sec et au chaud tout au long de votre randonnée.

Le T-shirt : Coton ou Synthétique ?

  • Coton : Avantages multiples pour le randonneur. C’est un matériau qui absorbe la transpiration et peut être utilisé comme pansement d’urgence. Facile à nettoyer, c’est une option confortable pour les activités moins intenses.
  • Synthétique : Sèche rapidement, ce qui est pratique lors de randonnées longues ou dans des conditions humides. Cependant, peut être irritant pour la peau et moins aisé à laver.

Sous-vêtements : Comfort avant Tout

  • Matériau : Optez pour le coton pour son confort et sa facilité de nettoyage.

Protection contre le Soleil

  • Accessoires Essentiels : Des lunettes de soleil pour protéger vos yeux des UV et un chapeau ou un bob pour la tête.

Avantages des Différents Chapeaux

  • Chapeau en Tissu : Léger, facile à ranger, permet une bonne évacuation de l’eau de pluie tout en protégeant les yeux.
  • Chapeau en Cuir : Idéal pour la cueillette, garde la tête au sec sous une forte pluie, et son large diamètre offre une excellente protection solaire. Il peut éliminer le besoin de lunettes de soleil et protège également la nuque.

💡 Astuce du Randonneur :

Prenez le temps de bien choisir vos vêtements avant de partir. L’adaptabilité est clé : envisagez des vêtements qui sèchent vite, mais qui sont aussi confortables et pratiques. Rappelez-vous que les éléments naturels sont imprévisibles, et le confort peut faire la différence entre une randonnée agréable et une expérience moins plaisante.

Liste d’Équipements

  • Voir le lien : Un lien vers une liste d’équipements recommandés pourrait être ajouté ici pour fournir aux lecteurs des suggestions détaillées sur les articles à emporter lors d’une randonnée.

CUISINER : L’ART D’ÉQUILIBRER NUTRITION ET SAVEURS

SE NOURRIR EN MILIEU SAUVAGE : ENTRE CHASSE ET CUEILLETTE 😌

La chasse : une activité réglementée

La chasse et le piégeage sont encadrés par des lois strictes. Le braconnage est sévèrement interdit. Avant de penser à chasser pour se nourrir, il est essentiel de consulter la liste des espèces protégées, qu’il s’agisse de rongeurs ou de reptiles. Il est aussi crucial de réfléchir à l’impact sur l’écosystème, car de nombreuses espèces sont menacées par des activités humaines telles que la pollution des cours d’eau, la déforestation ou l’urbanisation.

La chasse demande de l’énergie et de la compétence

Se lancer dans la chasse exige des semaines d’entraînement. Elle nécessite également une grande dépense énergétique, que ce soit pour la préparation, la traque ou la capture d’animaux. Le port d’une arme comme la carabine 22lr pour chasser un lapin peut sembler séduisant, mais souvent, la viande est gaspillée faute de techniques de conservation adéquates, comme le fumage.

La cueillette : une alternative fructueuse

À l’inverse, la cueillette offre un retour quasi garanti. Les plantes sont omniprésentes et attendent simplement d’être récoltées. Avec un peu de connaissance, acquise par exemple à travers des livres, la cueillette peut fournir des protéines complètes, des vitamines et des minéraux sans les graisses saturées souvent présentes dans la viande d’élevage.

Un choix éthique et pratique

Opter pour la cueillette plutôt que la chasse réduit l’impact sur l’environnement et garantit une source de nourriture plus fiable. Il est vrai qu’une viande de gibier peut être une délicatesse, notamment lors d’occasions spéciales, mais il est important de le consommer de manière responsable et légale.

La nature  ne vous laissera jamais bredouille et enrichira vos connaissances botaniques pour la vie. Et pour Les moments de fêtes, une bonne cuisse de chevreuil accompagnée de légumes sauvages peut être un luxe savoureux et mérité.

Apprentissage et Sélection d’Aliments Nutritifs

  • Se Former : L’importance d’apprendre à sélectionner des ingrédients nutritifs est primordiale. Informez-vous sur la valeur nutritive des aliments que vous choisissez.

Impact de la Cuisson sur les Nutriments

  • Concentration des Nutriments : La cuisson peut intensifier le goût et la digestibilité de certains nutriments, rendant le plat plus savoureux et nutritif.
  • Perte de Vitamines : Attention, la chaleur élevée peut détruire des vitamines sensibles à la température. Variez les modes de cuisson pour préserver au mieux ces éléments vitaux.
  • Équilibre entre Cuit et Cru : Pour compenser la perte de vitamines lors de la cuisson, intégrez des plantes ou légumes crus à votre alimentation. Les salades, les herbes fraîches et les jus sont d’excellents compléments.

L’ALIMENTATION : FONDEMENTS ET IMPORTANCE EN RANDONNÉE 😊

Rôle de l’alimentation

L’alimentation fournit les éléments essentiels (nutriments) pour le fonctionnement de notre organisme. En randonnée, notre corps peut requérir entre 2000 à 3000 kcal par jour, selon l’intensité de l’effort. Ces calories proviennent des glucides (60%), protides (20%) et lipides (20%). Un gramme de glucides ou de protides fournit 4 kcal, tandis qu’un gramme de lipides en offre 9.

Apport des plantes en randonnée

Des plantes comme l’ortie (8mg de protéine par 100g), le chénopode (4.2mg) et le pissenlit (3.5mg) peuvent être des sources intéressantes de nutriments.

LES PROTIDES

Comprendre les Protides

Les protides sont souvent confondus avec les protéines, mais ce terme se réfère spécifiquement aux protéines qui fournissent les acides aminés essentiels (les éléments constitutifs des protéines) nécessaires à notre organisme. Ces acides aminés sont au nombre de huit et sont indispensables pour notre santé.

Sources de Protides

Les viandes sont une source bien connue de protides, contenant environ 20% de ces éléments nutritifs accompagnés de différentes sortes de graisses, certaines souhaitables et d’autres moins. Cependant, l’élevage de bétail pour la viande est souvent critiqué pour son faible rendement, surtout en ce qui concerne l’utilisation de l’eau.

Protides dans les Plantes

Les légumineuses et les céréales sont aussi d’excellentes sources de protides. En combinant ces deux groupes d’aliments – à raison de 1 portion de céréales pour 5 de légumineuses – on obtient une combinaison optimale qui maximise l’absorption des protides par l’organisme.

L’Ortie, une Source Remarquable

L’ortie se démarque en contenant davantage de protéines que le soja, ce qui en fait une source végétale de protéines particulièrement intéressante. À titre comparatif, un hectare peut produire jusqu’à 4500 kg de protéines végétales contre seulement 150 kg de protéines animales, sans compter les vitamines et minéraux supplémentaires apportés par les plantes.

Le Rôle des Protides

Les protides jouent un rôle crucial dans la construction et la réparation des tissus de notre corps – on pourrait les comparer à des “Lego” de l’organisme. Ils sont la fondation sur laquelle nos muscles et autres tissus sont construits et maintenus.

LES GLUCIDES – CARBURANT DE NOTRE CORPS

Les glucides fournissent de l’énergie, essentielle pour le fonctionnement de notre organisme. Il existe deux types principaux : les sucres rapides et les sucres lents.

Parmi les glucides, les principales molécules énergétiques sont le glucose, le fructose (levulose), et le saccharose. Ces sucres sont cruciaux pour notre métabolisme

L’amidon est un excellent exemple de sucre lent. On le trouve abondamment dans les graines et les racines. Il est libéré lentement dans le sang, ce qui fournit une énergie durable.

L’inuline est un sucre particulier qui est compatible avec les régimes pour diabétiques. La bardane et le topinambour sont deux plantes riches en inuline.

Le saccharose est un autre type de sucre que l’on retrouve dans les racines et les tiges sucrées de certaines plantes.

Les glands contiennent 60 mg de glucides pour 100g, tandis que la bardane en contient 17 mg et l’ortie 9 mg. Ces valeurs montrent la richesse de ces plantes en sources d’énergie naturelle.

LES  LIPIDES

Les lipides jouent un rôle crucial comme réserves d’énergie à long terme. Ils sont essentiels à la réparation cellulaire et contribuent à la croissance ainsi qu’à l’entretien de la peau.

Ces matières grasses se trouvent en abondance dans les amandes des graines et dans la pulpe des fruits, où elles fournissent non seulement de l’énergie mais aussi des acides gras nécessaires au corps.

Il est important de modérer sa consommation de lipides car un excès peut conduire à l’obésité, un état de santé préoccupant.

Les noisettes sont particulièrement riches en lipides avec 62 mg pour 100 g. Même l’ortie, souvent sous-estimée, contient 22 mg pour 100 g, démontrant que même les plantes sauvages peuvent être de bonnes sources de lipides.

LES VITAMINES


Les vitamines sont essentielles pour la croissance et le fonctionnement optimal de notre corps. Elles jouent un rôle dans de nombreux processus biologiques et contribuent au maintien de notre santé.

VITAMINE A :

La vitamine A est bien connue pour son rôle dans la santé des os, des cartilages et dans la lutte contre les infections. On la trouve en abondance dans le pissenlit, le chénopode, et l’ortie.

VITAMINE B : 

Les différentes vitamines B se trouvent en grande quantité dans les végétaux et sont indispensables à de nombreuses fonctions corporelles, notamment le métabolisme cellulaire.

VITAMINE C : 

Quant à la vitamine C, elle est reconnue pour ses propriétés tonifiantes et sa capacité à lutter contre les infections. Les cynorhodons (fruits de l’églantier), l’ortie, et le chénopode blanc en sont d’excellentes sources.

LES MINÉRAUX :

Les minéraux sont des composants inorganiques nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Ils participent à de nombreuses réactions chimiques et biologiques indispensables à la vie.

Chaque plante contient des minéraux, certains en plus grande quantité que d’autres, contribuant ainsi à la diversité de notre alimentation en nutriments essentiels.

LES ALIMENTS INDISPENSABLES POUR PRÉPARER DES REPAS ÉQUILIBRES EN BALADE 🎒

FARINE COMPLÈTE 🌾

Nutritive et parfaite pour faire des pâtes et des chapatis. Choisis une farine bio de qualité. La farine de seigle est aussi une bonne option. En revanche, les farines comme l’orge, l’avoine et le sarrasin rendent la pâte cassante.

En randonnée, des chapatis faits maison peuvent être un en-cas énergisant.

HUILE D’OLIVE 🍈

Optez pour une huile d’olive bio, vierge et obtenue à la première pression à froid. Elle est idéale pour la cuisson, à la différence des huiles de tournesol et de carthame, qui ont d’autres avantages nutritionnels.

Première pression à froid (extraction de l’huile à basse température pour garder ses propriétés).

L’huile d’olive rehausse la saveur d’une salade emportée en randonnée.
Contrairement à l’huile de tournesol, l’huile d’olive conserve ses propriétés à haute température.

SEL 🧂

Utilisé pour rehausser la saveur des aliments, il est familier à nos papilles. Des plantes peuvent servir de substitut. Choisissez un sel marin non raffiné, plus riche en oligo-éléments et plus savoureux.

Le sel marin non raffiné apporte une complexité de goût que le sel de table ordinaire ne peut pas égaler.
Pour une alternative plus saine, utilise des herbes comme le thym ou le romarin pour remplacer le sel.

LES ALIMENTS CONFORTABLES POUR LA BALADE 🌳

LES CÉRÉALES 🌾

Faciles à manger et rapides à cuire : avoine, orge, millet et semoule de maïs (polenta), couscous et boulgour pré-cuits. Le sarrasin et le millet cuisent rapidement.

Évitez le riz, l’épeautre, l’engrain et le seigle, qui sont longs à cuire. En altitude, le temps de cuisson augmente.

Un bol de couscous cuit rapidement et te donne de l’énergie pendant la randonnée.
En altitude, le riz prendra deux fois plus de temps à cuire.

LES LÉGUMINEUSES 🌰

Seules les lentilles sont pratiques : petites et rapides à cuire, elles ne nécessitent pas de trempage pour la plupart.Elles cuisent en moins de 20 minutes, pratique pour une pause déjeuner en pleine nature. Contrairement aux pois chiches, elles ne nécessitent pas de trempage préalable.

LES OLÉAGINEUX 🥜

Riches en lipides, ils soutiennent l’effort et résistent au froid et à la pluie : noix, noisettes, amandes, pignons. Les graines de tournesol décortiquées sont aussi pratiques.

Une poignée d’amandes te donne un boost d’énergie pour continuer ta randonnée.
Les graines de tournesol sont un en-cas facile à emporter.

LES FRUITS SÉCHÉS 🍎

Ils sont légers, stockables et efficaces : pruneaux, raisins secs, figues, dattes. Évitez les fruits exotiques et ceux traités avec des additifs. Les pruneaux sont parfaits pour un coup de boost énergétique en milieu de randonnée.

LE MIEL 🍯

Il remplace le sucre et offre d’autres avantages comme des minéraux, des oligo-éléments et des vitamines. Idéal pour les compotes.Un peu de miel dans ton thé t’apportera plus qu’un simple sucre.
En revanche je n’ai pas encore trouver de pot adapté pour éviter d’avoir un pot en verre dans le sac à dos, faites moi signe si vous avez un tuyau!

LES CONDIMENTS 🌶️

Paprika, cumin, coriandre sont de bons alliés, tout comme l’ail, l’échalote et l’oignon, qui ont des propriétés médicinales.L’ail est non seulement délicieux mais aussi bon pour la santé.

🧂 LE SEL SAUVAGE

Faites sécher des feuilles puis brûlez-les pour récupérer les cendres, qui sont pauvres en sodium mais riches en potassium.

Astuce : Les feuilles de tussilage et de berce sont idéales, tout comme les algues séchées.

 

🍯 LE SUCRE SAUVAGE

Le frêne produit le plus de sucre végétal. Récupérez la sève séchée déposée par les pucerons et dissolvez-la dans de l’eau. Ébullitionne pour récupérer le sucre.

 

🌶 LA MOUTARDE SAUVAGE

Écrasez les graines et mélangez-les à de la farine grillée et de l’eau pour créer une pâte.

Astuce: Pour une bonne sauce à salade, mélangez avec de l’huile d’olive.

 

🥬 DES PLANTES À MANGER TOUT DE SUITE

Salées : Salicorne, chardons, tiges de bardane.

Sucrées : Tiges de berce, de fenouil.

Dans l’ensemble, il est préférable de récolter les jeunes pousses avant l’apparition des inflorescences.

LE FROMAGE 🧀

Les fromages à pâte dure sont réconfortants et nutritifs grâce à leur teneur en matières grasses.Le fromage à pâte dure se conserve bien pendant la randonnée.

LES GRAINES À FAIRE GERMER 🌱

Personne n’y pense, mais le blé et les lentilles sont idéaux. Mettre à tremper, puis placer dans un sachet respirant et opaque. Comptez 2 à 3 jours pour obtenir des jeunes pousses. rincez les graines une à deux fois par jour.

les graines sèches sont difficiles à digérer. Lors de la germination la graine développe toute l’énergie nécessaire pour que la plante puisse grandir. ces jeunes pousses sont de vraies mines de vitamines. Les graines germées apportent une fraîcheur inattendue à tes salades. Attention à bien aérer le sachet pour éviter la moisissure

LES ALIMENTS ET PRODUITS A ÉVITER

Votre corps n’a pas besoin de ces choses :

  • Café, alcool, cigarette : Des excitants (substances qui stimulent le système nerveux) qui n’apportent rien de positif.
  • Sucre blanc, thé, chocolat : Idem, profitez du calme de la nature à la place.

Cela fait une semaine que je n’ai pas bu de café, et même si l’envie est grande, mes nuits sont fantastiques et reposantes.

LES FACILITES INDUSTRIELS

  • Boîtes de conserve : Trop lourdes et pleines de sel, de sucre et d’additifs.
  • Produits lyophilisés (aliments déshydratés) : Chers et pauvres en minéraux et nutriments.

Les produits lyophilisés peuvent sembler pratiques, mais ils sont loin d’être idéaux en termes de nutrition et de coût. Les aliments cueillis depuis longtemps sont à considérer comme « morts » sur le plan énergétique. Je parlerai de ce sujet prochainement.

 

DES RECETTES DE BASE

Consultez l’article Comment Préparer un Repas Healthy Pendant une Randonnée. j’ai fait quelques essais en vidéo.

Petit-Déjeuner

GLOUCHIS : BOUILLIE DE LÉGUMES

Ingrédients

  • Plantes sauvages de votre choix, finement coupées
  • Huile d’olive
  • Farine
  • Eau de cuisson des légumes

 

BOUILLIE GRILLÉE

Ingrédients

  • Farine
  • Pincée de sel
  • Eau

 

 Déjeuner

SALADE DE PLANTES SAUVAGES 🌿

  • Couper finement les plantes pour faciliter la digestion.
  • Plantes idéales : Stellaire, laitue vivace, laiteron et tilleul.
  • Jeune pousse (partie la plus tendre et jeune de la plante) et jeune feuille sont à privilégier.
  • Assaisonner avec de l’huile d’olive, condiments et sel.

Sauce Salade 🥗

  • Faire griller à sec de la farine.
  • Ajouter un peu de sel.
  • Mélanger de l’huile d’olive avec un jus de fruit acide comme les prunelles ou l’argouse.

LÉGUMES EN SAUCE

Ingrédients

  • Légumes de votre choix, finement coupés
  • Huile d’olive
  • Farine
  • Eau
  • Sel

 

LÉGUMES SAUTÉS

Ingrédients

  • Racines et tubercules de votre choix
  • Huile pour la cuisson

 

QUENELLES AUX LÉGUMES SAUVAGES

  1. Faites cuire des légumes sauvages (des plantes que l’on trouve dans la nature et qui sont comestibles).
  2. Mélangez-les à de la farine.
  3. Ajoutez de l’eau chaude pour obtenir une pâte.
  4. Confectionnez des boudins à partir de cette pâte.
  5. Laissez sécher au soleil ou sur une pierre.
  6. Faites cuire les boudins dans de l’eau bouillante salée.
  7. Une fois qu’ils remontent à la surface, égouttez-les.
  8. Servez avec une sauce blanche ou sautés dans de l’huile d’olive.

 

🍝 NOUILLES AUX ORTIES

  1. Faites cuire les orties (plantes aux feuilles piquantes riches en nutriments), égouttez et hachez.
  2. Ajoutez de la farine et étalez la pâte avec un rouleau.
  3. Laissez sécher près du feu ou au soleil sur une pierre ou une plaque métallique.
  4. Faites cuire les nouilles dans de l’eau salée.

🌳 LES FAINES

  1. Les faines (fruits du hêtre) se mangent crues ou grillées.
  2. Vous pouvez aussi les ajouter en soupe ou dans des légumes.

🌾 LES CÉRÉALES SAUVAGES

  1. Faites cuire les céréales sauvages dans de l’eau salée.
  2. Assaisonnez avec de l’huile d’olive ou des condiments sauvages.

 

🍚 TSAMPA

  1. Faites griller de la farine avec un peu de sel.
  2. Au moment de servir, mélangez cette poudre brune avec de l’huile d’olive et du sel.

 

GOÛTER et DESSERTS

CHAPATIS DE BASE

Ingrédients

  • Farine
  • Sel
  • Eau

 

CHAPATIS À L’INDIENNE

Instructions

  • Suivez les étapes de la recette de base.
  • Faites sécher les chapatis sur une pierre ou une plaque métallique, en les retournant pour cuire des deux côtés.
  • Placez-les dans les braises ou dans une casserole. Ils vont gonfler!

 

CHAPATIS AUX PLANTES

Instructions

  • Hachez finement les plantes de votre choix et ajoutez-les à la farine.
  • Suivez ensuite les étapes de la recette de base.

Astuce

Idéal pour une balade avec les enfants, ils adoreront faire des feux de camp et cuisiner en pleine nature!

 

CHAPATIS DE LUXE

Instructions

  • Ajoutez de l’huile d’olive aux ingrédients de base et suivez les étapes habituelles.

Astuce

Attention, l’huile brûlée n’est généralement pas bonne pour l’organisme.

 

CHAUSSONS AUX HERBES

Instructions

  • Coupez finement les plantes et incorporez-les dans une pâte de chapatis.
  • Soudez les bords pour former des chaussons.
  • Optionnel: vous pouvez aussi pré-cuire les plantes.

LES BEIGNETS

Instructions

  • Utilisez la recette de la pâte à chapatis en ajoutant un peu de sucre.
  • Mettez un fond d’huile dans une gamelle et faites frire.

Conseil

Préférez les feuilles épaisses comme la tussilage, l’armoise, ou la consoude

🍯 DESSERT DE GLAND

  1. Mélangez des glands cuits avec du miel et des fruits secs.
  2. Ajoutez cette préparation à une bouillie de gland légèrement salée.

🌰 LES CHÂTAIGNES

  1. Elles se mangent crues mais en quantités limitées.
  2. Mâchez-les bien avant d’avaler.

Astuce: Pour les recettes, vous pouvez les utiliser comme les glands.

Dîner

SOUPES 🍲

Soupe Classique 🥣

  1. Couper finement les plantes.
  2. Ajouter un peu de farine.
  3. Saler et laisser cuire.
  4. Plantes idéales : Ortie, mauve (apporte une texture gélatineuse).

Soupe Onctueuse 🍵

  1. Faire cuire les plantes dans de l’eau salée.
  2. Dans une casserole, diluez la farine.
  3. Ajouter aux plantes une fois cuites.
  4. Remuer et laisser mijoter quelques minutes.

👉 Astuce : Pour une variante, ajoutez plus de farine et moins d’eau par rapport à la soupe pour obtenir une “bouillie légère”.

TARTE ET TOURTE EN PLEINE NATURE

Ingrédients

  • Farine 300g, 100g (80g bise, 20g T150)
  • Huile 150ml, 50ml
  • Sel
  • Eau 150ml, 50ml

🌰 LES GLANDS, SI VOUS AVEZ DE LA PATIENCE !

  1. Entaillez les glands.
  2. Faites-les bouillir pendant 10 minutes pour faciliter l’écorçage.
  3. Refroidissez les glands avec de l’eau froide.
  4. Écrasez-les avec une pierre.
  5. Réduisez en farine grossière.
  6. Faites cuire pendant un quart d’heure puis changez l’eau. Répétez au moins 5 fois.
  7. Quand l’eau reste claire, c’est bon.
  8. Pour les cuisiner, ajoutez de l’huile d’olive, du sel et des condiments.
  9. Ajoutez de la farine et de l’eau.

Astuce: Les glands sont très nutritifs. Certains chênes verts fournissent des glands qui se mangent comme des châtaignes.

🍚 FARINE DE CÉRÉALES SAUVAGES

  1. Écrasez les céréales le plus finement possible entre des pierres. Ce sera un travail de patience.
  2. Cette farine peut compléter d’autres recettes à base de farine.

🍜 PÂTES FERMENTÉES

Mélangez de la farine et de l’eau, puis conservez pendant quelques jours.

Vous obtiendrez une pâte acidulée qui permet la préparation de bouillies et de soupes.

 Boissons

🌿 LES TISANES

Ce sont des infusions de plantes aromatiques, que ce soient des feuilles ou des fleurs. Exceptionnellement, on utilise des racines. Les tisanes ont des vertus médicinales mais peuvent être aussi bien utiles que néfastes. Il n’est pas toujours bon d’en consommer quotidiennement. Une alternative simple est de boire de l’eau.

 

💦 LES INFUSIONS

Faites bouillir de l’eau, puis retirez du feu. Placez ensuite les plantes dans l’eau chaude.

 

🍵 LES DÉCOCTIONS

Portez l’eau à ébullition et ajoutez les plantes. Laissez infuser quelques minutes après avoir retiré du feu.

 

🌞 LE THÉ SOLAIRE

Placez des plantes dans un récipient d’eau et laissez au soleil.

 

🌲 THÉ DE GOURDE

Faites macérer des plantes dans votre gourde d’eau.

 

☕ UN CAFÉ SAUVAGE

Faites griller des racines dans une casserole jusqu’à ce qu’elles soient complètement brunes sans les carboniser. Écrasez-les ensuite et faites bouillir. Les plantes idéales sont les graines de  gaillet gratteron, les glands, les racines de pissenlit et la chicorée.

FAIRE DU FEU : ENTRE SÉCURITÉ ET CONVIVIALITÉ

Un feu de camp apporte chaleur et réconfort, et éloigne les animaux sauvages, améliorant ainsi la sécurité du campement.

Précautions et Sécurité

  • Proximité d’une Source d’Eau : Assurez-vous d’être à côté d’une source d’eau et prévoyez des moyens pour éteindre le feu rapidement, comme des seaux ou des pelles pour la terre.
  • Utilisation de Branches Feuillues : Gardez à portée de main une branche feuillue pour éteindre rapidement tout départ de feu dans les herbes.
  • Choix du Lieu : Optez pour un espace dégagé, à l’abri des courants d’air et des arbres, et surélevez le foyer si le sol est humide.

Construction et Gestion du Feu

  • Cercle de Pierres : Entourez votre feu de pierres sèches, oubliez celles qui se trouvent dans l’eau, elles pourraient éclatées avec la chaleur.
  • Feu Surélevé : Un feu surélevé laisse moins de traces et réduit le risque d’incendie souterrain. Évitez de creuser à proximité des arbres pour ne pas endommager les racines.
  • Petit Feu : Un petit feu est plus facile à contrôler et consomme moins de bois, ce qui est à la fois écologique et sécuritaire. les débutants font souvent l’erreur de faire un grand feu.

Règles et Assurance

  • Distance de Sécurité : Installez-vous à une distance minimale des forêts (300m) et consultez la réglementation locale.
  • Assurance Responsabilité Civile : Vérifiez votre couverture en cas de dommages liés au feu de camp.

🔥 Astuce pour le Campement :

  • Préparation et Rôles : Déterminez les rôles de chacun pour l’allumage et la surveillance du feu. Avant de partir, enregistrez les numéros d’urgence dans votre téléphone et sur un carnet.

 

Rappelez-vous, le feu est source de vie mais demande respect et prudence. En suivant ces conseils, vous profiterez de ses bienfaits tout en préservant la nature et la sécurité de tous.

ÉTABLIR LE FOYER : PRÉPARATION ET TECHNIQUES

Préparer la Base du Foyer

Lit de Pierres : Créez un lit de pierres pour protéger le sol et concentrer la chaleur. Cela sert également de réflecteur de chaleur.

Trois Pierres en Écartement : Placez-les en triangle pour y poser vos casseroles. Cela permet de déplacer facilement les braises sous les plats pour contrôler la cuisson.

Choix du Bois

  • Braises versus Flammes : Privilégiez les braises pour une chaleur constante et contrôlée.
  • Bois Durs : Ils offrent une chaleur soutenue et une combustion lente, idéale pour maintenir le feu.
  • Bois Tendres : Ils brûlent plus vite mais sont utiles pour démarrer le feu.
  • Bois Résineux : Ils brûlent bien et rapidement mais peuvent dégager beaucoup de fumée.
  • Attention : Évitez le bois de figuier, qui peut être dangereux (voir détails page 54).

Processus de Préparation

  • Collecte en Groupe : Travaillez ensemble pour rassembler suffisamment de bois pour le repas et le début de soirée.
  • Dimension des Bois : Prévoyez des brindilles de 25 cm pour démarrer les premières braises, qui fourniront l’énergie nécessaire pour allumer des morceaux plus conséquents.
  • Pyramide de Bois : Organisez les bois par taille – petit, moyen, gros – pour une combustion efficace et prolongée (voir schéma page 56).

🔥 Conseil Pratique :

Pour un feu optimal, structurez le bois en forme de tipi ou en carré pour favoriser l’aération et la distribution de la chaleur. Cela permet également d’allumer le feu plus facilement et de le maintenir stable pendant la cuisson.

KIT D’ALLUMAGE

Un kit sec pour démarrer un feu

Il est essentiel de se préparer un kit d’allumage sec pour pouvoir démarrer un feu en toutes circonstances. Utiliser une bougie entourée de coton s’avère très efficace. Commencer avec dix morceaux de bois d’environ 1 cm de diamètre constitue une base solide pour allumer un feu de manière efficiente.

Fabrication d’une étoupe

Pour les méthodes utilisant le silex ou la loupe, l’idéal est de créer des cotons carbonisés :

  1. Prenez une boîte en métal et percez un trou de 10 mm à la fois en haut et en bas.
  2. Placez du coton à l’intérieur de la boîte.
  3. Disposez la boîte au milieu des braises.
  4. Un jet de flamme doit apparaître.
  5. Retirez la boîte des braises et bouchez les trous avec de l’argile.
  6. Remettez la boîte dans les braises pendant environ 20 minutes.
  7. Laissez refroidir puis conservez le coton carbonisé dans une boîte hermétique.

Pour créer une autre forme d’étoupe, utilisez le duvet de massette imbibé d’une solution d’eau et de salpêtre à une concentration de 5 à 7 %. Laissez sécher le mélange et stockez-le soigneusement.

Astuces : Veillez à toujours conserver votre kit d’allumage dans un endroit sec. Le coton carbonisé est un excellent combustible pour prendre feu rapidement, ce qui est idéal dans des situations d’urgence ou lors de randonnées.

COMMENT ALLUMER UN FEU

Peu de gens maîtrisent l’art de l’allumage

Beaucoup pensent savoir allumer un feu, mais la réalité est souvent différente. Laissez-moi vous raconter une anecdote. Lors d’un stage de survie, nous étions une vingtaine de personnes divisées en petits groupes. Avant de nous tester en situation réelle dans les bois pendant trois jours, nous avions participé à différents ateliers, dont celui consacré à l’allumage du feu.

Avec notre équipement, nous devions réussir à allumer un feu qui devait rester actif pendant au moins 10 minutes pour valider l’exercice. L’objectif semblait simple, d’autant plus que nous pouvions utiliser notre matériel : paraffine, allumettes résistantes à la pluie, coton ciré, etc. Cependant, seulement 10 % d’entre nous y sont parvenus.

Comprendre le feu plutôt que simplement l’allumer

Tout le monde sait produire une flamme, mais peu comprennent le fonctionnement du feu. L’erreur la plus commune est de viser trop grand, trop vite. Or, allumer un feu est une réaction en chaîne : l’allumette réchauffe les fines brindilles qui, à leur tour, réchauffent le petit bois, puis le moyen bois, et ainsi de suite.

La clé est dans la préparation

Par temps de pluie, accordez-vous de 30 minutes à une heure pour préparer votre feu. Rassemblez du bois sec et abritez votre feu des intempéries. La phase initiale est la plus difficile : si votre feu prend mais que vous ne pouvez pas continuer à l’alimenter, vous perdez non seulement votre feu mais aussi votre moral, d’autant plus que la nuit tombe vite.

Conseil : Prenez le temps de préparer votre feu avec soin et ne sous-estimez jamais l’importance d’une bonne préparation. Un bon départ est crucial pour assurer la durée de votre feu.

D’où la nécessiter d’avoir sur soi un kit feu pour savoir faire du feu en toute circonstance.

Utilisation d’allumettes ou de briquet

La méthode la plus simple reste celle de l’allumette ou du briquet. Pour les allumettes, imbiber la boîte  de paraffine peut améliorer leur résistance face à l’humidité. Pour le briquet, gardez-le au sec en le plaçant dans une pochette étanche. Ayez au moins 2 briquets et deux demi boîtes d’allumette répartit à des endroit différents pour diminuer les risques de perte.

Technique du silex

Pour allumer un feu avec du silex, saisissez de l’étoupe dans une main et le silex dans l’autre, puis frottez-le contre un morceau d’acier carboné. Placez l’étoupe qui s’embrase sur votre petit tas de bois préparé.

Briquet à magnésium

Le briquet à magnésium fonctionne en projetant des étincelles sur de l’amadou, qui peut être du coton effiloché ou même des fibres de chambre à air. C’est une méthode efficace pour allumer un feu.

Expérience personnelle

Je dois admettre que je n’ai pas encore réussi à allumer un feu avec de très fins copeaux de bois. C’est une compétence sur laquelle je travaille.

Utilisation de la loupe

Avec une loupe de botaniste, concentrez les rayons du soleil sur un morceau d’étoupe. Il s’agit d’une méthode nécessitant beaucoup de patience et de conditions météorologiques adéquates, c’est-à-dire un ensoleillement suffisant.

La patience et la persévérance sont essentielles lorsque vous expérimentez avec différentes méthodes d’allumage de feu. N’oubliez pas de préparer soigneusement votre amadou et d’abriter votre feu pour garantir le succès de l’allumage.

 L’ARCHET

Composants nécessaires

  • Le foret : Choisissez un morceau de bois de 25 cm de longueur et de 2 à 3 cm de diamètre, de préférence le même type de bois que la planchette. Évitez les bois durs et résineux.
  • Un galet creusé ou un os à moelle : Ce sera utilisé pour maintenir le foret en place.
  • L’archet : Utilisez un morceau de bois souple pour faire l’archet.
  • La planchette : Elle devrait mesurer environ 40 cm de long et 5 cm de large. Les bois tendres comme le tilleul, le bouleau, le saule ou le peuplier sont recommandés.
  • Une cordelette : Prenez une corde solide, comme celle d’un rideau.
  • Un nid d’amadou : Formez-le en véritable nid pour y verser le bois carbonisé qui deviendra la braise.
  • une feuille verte: pour recupérer le tas de poussière de carbone.

Étapes pour allumer le feu avec l’arcet

  1. Préparation : Utilisez un couteau pour faire un trou dans la planchette. Placez une feuille verte ou une pierre en dessous pour recueillir la braise.
  2. Forme du foret : Taillez les deux extrémités du foret en pointe.
  3. Montage de l’arc : Insérez le foret dans l’archet de sorte qu’il dépasse à l’extérieur.
  4. Positionnement : Placez le pied gauche sur la planchette à gauche du trou et le pied droit en arrière. La main droite tient le galet avec l’avant-bras appuyé sur le tibia droit.
  5. Rotation du foret : Commencez la rotation en faisant des mouvements de va-et-vient avec l’archet.
  6. Création de la braise : Une fois que de la fumée se dégage, retirez le foret, faites une encoche dans la planchette, et recommencez le processus pour amplifier la production de chaleur.
  7. Transfert de la braise : Quand la fumée devient constante, transférez délicatement les braises dans le nid d’amadou.
  8. Allumage : Soufflez doucement sur la braise tout en repliant le tas sur lui-même pour enflammer l’amadou.

Conditions pour réussir

  • Une vitesse de rotation élevée pour générer la chaleur nécessaire grâce au frottement.
  • Utilisation d’un bois qui produit de fines particules de bois.
  • Maintien d’une friction régulière pour éviter les phases de refroidissement.
  • Un espace permettant l’accumulation de la poussière de bois, avec accès à l’oxygène sans possibilité de refroidissement rapide.
  • Galet ou os bien graissé pour réduire les frictions non souhaitées.

Méthode sans archet

  • Utilisation de la tige de bouillon blanc ou de molène : Elle doit mesurer environ 60 cm.
  • Planchette en lierre ou clématite : C’est le matériau de base sur lequel vous travaillerez.
  • La difficulté réside dans la capacité à remonter rapidement sur la tige pour éviter le refroidissement.
  • Il est possible d’optimiser cette technique en travaillant à deux.

L’allumage de feu avec l’arcet demande de la patience et une certaine habileté. Ne vous découragez pas si les premiers essais sont infructueux. L’expérience et la pratique sont les clés de la réussite.

Méthode avec une pile et de la laine de fer

  • Utilisez une pile de 4,5 volts et de la laine de fer (disponible dans le rayon bricolage) pour créer des étincelles en connectant les deux pôles de la pile à la laine de fer.

 

 

L’HYDRATATION : FONDAMENTALE POUR LA VIE 😊

L’eau est essentielle à la vie. Notre capacité à survivre sans eau dépend de la température : jusqu’à 10 jours à 10°C, 7 jours à 32°C et seulement 2 jours à 50°C. Ces durées illustrent l’importance vitale de l’hydratation.

Le corps reçoit l’eau nécessaire à son fonctionnement non seulement à travers les boissons mais aussi par le biais des légumes, des soupes et des fruits qui en sont riches.

BESOINS EN EAU SELON LES CONDITIONS

  • En milieu tempéré : un minimum de 1,5 litre par jour en conditions normales, de 2 à 4 litres en cas de température élevée ou d’effort modéré, et de 4 à 10 litres durant une activité physique intense.
  • En milieu chaud : au moins 2 litres par jour pour rester hydraté, de 3 à 5 litres pour des conditions normales, et plus de 10 litres si l’activité est intense et la chaleur accablante.

L’eau est le pilier de notre bien-être. Boire la quantité nécessaire selon notre environnement et notre niveau d’activité est crucial pour maintenir notre santé et notre performance.

OÙ TROUVER DE L’EAU : LES SIGNES INDICATEURS 😊

Pour trouver de l’eau, il faut être attentif aux signes : recherchez les zones en bas de falaises, où la végétation est dense et d’une couleur verte éclatante. Les arbres comme les saules, les joncs et les peupliers sont souvent de bons indicateurs. Écoutez également le bruit de l’eau, un indice fiable de sa présence.

ASTUCES POUR ACCÉDER À L’EAU

Si l’eau ruisselle difficilement et qu’il est complexe d’y accéder, utilisez une paille ou une tige creuse, à l’instar du roseau ou des tiges de berce. Un tuyau de petit diamètre peut aussi faire l’affaire.

LES RIVIÈRES :

Les lits des rivières asséchées sont des endroits propices où chercher. Creusez l’argile sur les bords jusqu’à ce que l’eau remonte. Cette eau sera déjà partiellement filtrée par le sol, mais devra tout de même être décanter pour être potable.

COLLECTE DE L’EAU DE PLUIE

Pour recueillir l’eau de pluie, disposez une bâche pour créer un abri avec une inclinaison, formant ainsi une rigole qui dirigera l’eau vers un récipient, tel qu’une gamelle ou une bouteille. Toutefois, gardez en tête que la pluie peut être polluée par les fumées et divers agents atmosphériques ; il faudra donc la purifier.

LA ROSÉE DU MATIN

La rosée est une autre source d’eau. Pour la collecter, marchez dans l’herbe avec un linge attaché à votre tibia. Ensuite, essorez le tissu dans un récipient et appliquez les méthodes adéquates pour rendre l’eau potable.

 L’EAU DU SOL

Récupérer l’eau du sol grâce à la condensation est une méthode efficace, particulièrement lorsqu’il fait ensoleillé.

Bien que ce soit une technique souvent mentionnée dans les manuels de survie, elle demande un investissement physique important. Le principe est simple : il s’agit de creuser un trou dans le sol, de placer une bâche ou un plastique par-dessus et d’y suspendre un récipient au centre pour recueillir les gouttes d’eau issues de la condensation.

LA TRANSPIRATION DES ARBRES

Je me souviens d’un stage de survie où nous avons appris à récupérer de l’eau grâce à la transpiration des arbres.

La méthode consiste à enfermer des branches feuillues dans un sac poubelle et à le fermer hermétiquement. Après quelques heures, l’eau transpirée par la plante condense et peut être recueillie; de mémoire, nous avions obtenu environ 0,5 litre en 3 heures.

LA NEIGE

LES RISQUES DE CONSOMMER LA NEIGE DIRECTEMENT

Manger de la neige pour se désaltérer peut sembler une bonne idée, mais cela présente des risques.

Votre corps se refroidira en tentant de réchauffer la neige, ce qui entraîne une dépense d’énergie considérable pour maintenir la température corporelle. En outre, les cristaux de neige peuvent être coupants et provoquer de petites coupures sur les lèvres et à l’intérieur de la bouche. Ces micro-lésions peuvent évoluer en gerçures douloureuses, particulièrement dans des conditions de froid extrême.

Pour illustrer ce propos, je vous recommande la lecture du livre de Mike Horn sur la conquête du pôle Nord, où il décrit comment des gerçures aggravées peuvent empêcher l’hydratation et l’alimentation, menant progressivement à des situations critiques.

Sur Amazone livre Mike Horn “Objectif : Pôle Nord de nuit “

Sur la FNAC Livre Mike Horn “Objectif : Pôle Nord de nuit “

 

COMMENT UTILISER LA NEIGE CORRECTEMENT

Pour bénéficier de la neige en tant que source d’eau, il suffit de la placer dans une gourde, puis de la mettre contre votre corps, sous votre veste, par exemple. La chaleur corporelle, avoisinant les 30 degrés, fera fondre la neige doucement, sans que vous ayez à dépenser d’énergie supplémentaire.

Une autre astuce consiste à compresser la neige pour en faire un glaçon et à le sucer progressivement.

ATTENTION AUX ORGANISMES PATHOGÈNES DANS L’EAU NATURELLE

L’eau captée dans la nature, notamment dans des flaques d’eau, des mares ou des rivières, peut contenir des organismes pathogènes. En altitude, l’eau des montagnes est souvent plus pure et plus froide, mais il convient quand même de la traiter avant consommation pour éviter tout risque de maladie.

COMMENT FILTRER ET PURIFIER L’EAU 😊

1. DÉCANTATION ET FILTRATION

La décantation est la première étape qui permet aux particules en suspension de se déposer au fond du récipient, clarifiant ainsi l’eau. On peut ensuite filtrer l’eau à travers un tissu propre ou utiliser un filtre à eau spécifique pour éliminer les particules restantes.

2. PURIFICATION

L’élimination des bactéries et des micro-organismes est cruciale. Voici plusieurs méthodes :

Ébullition : Faites bouillir l’eau pendant 5 à 10 minutes. Ensuite, aérez-la en la remuant ou en la secouant pour réintroduire de l’oxygène.

Pour éliminer les odeurs : Placez du charbon de bois dans l’eau pour absorber les mauvaises odeurs, mais cette méthode peut être longue et peu pratique.

Stérilisation chimique : Laissez l’eau traitée reposer au moins 1 heure avant de la consommer.

    • Javel : Ajoutez 1 à 2 gouttes de javel (à base de chlore) pour désinfecter 1 litre d’eau. . À noter, la “javel” est une marque, et le principe actif est le chlore, utilisé pour éliminer les bactéries et maintenir une eau propre, tout comme dans les piscines et l’eau du robinet.Pour consulter une autre référence consulter le résumer du livre  “Survivre en ville”
  • Hydroclonazone : Utilisez un comprimé pour 1 litre d’eau.
  • Teinture d’iode : Ajoutez environ 10 gouttes par litre. L’eau se teintera en brun puis redeviendra claire après 30 minutes. Attention, une surdose peut être toxique et l’iode est à éviter pour ceux ayant des problèmes de thyroïde.
  • Permanganate de potassium : 4 à 5 gouttes par litre d’eau suffisent. L’eau se colore en violet avant de redevenir claire.
  • Le sel d’argent (ex. marque Micropur) : Différents types de comprimés sont disponibles, généralement 1 comprimé pour 1 litre d’eau. Ce traitement n’altère pas le goût de l’eau et en cas d’excès, il n’y a pas de toxicité. De plus, cela protège l’eau pendant plusieurs mois.

Simplement tremper une chaîne en argent dans l’eau peut aussi aider à la purifier, une méthode connue.

LES MOYENS FILTRANTS POUR PURIFIER L’EAU 😄

1. FILTRES EN PORCELAINE (TYPE CHAMBERLAND)

Ce sont des filtres ressemblant à des bougies creuses, fabriqués en porcelaine. Ils sont efficaces pour éliminer les bactéries de l’eau grâce à leur fine porosité. Toutefois, il est important de les manipuler avec soin car ils sont fragiles.

2. FILTRES KATADYN

Les filtres Katadyn sont reconnus pour leur durabilité et leur efficacité. Ils incorporent souvent des sels d’argent, qui ont des propriétés antibactériennes.

Par exemple, la version filtre de poche pèse environ 650 grammes et peut purifier jusqu’à 75 centilitres d’eau par minute. Cependant, comme l’expérience de l’auteur le suggère, bien qu’ils soient très performants pour éliminer de nombreux contaminants, ces filtres ne sont pas capables de retirer les nitrates ni les polluants chimiques.

Reflexion du lecteur:

Les filtres Pure Berkey, qui sont une autre gamme de systèmes de filtration d’eau, sont souvent utilisés pour leur capacité à éliminer une grande variété de contaminants, y compris les bactéries, les virus, les produits chimiques et les métaux lourds.

J’écrirai un article sur ces filtres. J’en possède pour filter l’eau du robinet. Rechercher “filtre pure berkey” dans la barre de recherche. si il n’y aucun résultat contactez moi, c’est que l’articlen’est pas encore publié.

Avant d’acheter un filtre, évaluez vos besoins spécifiques en fonction de l’endroit où vous utiliserez le filtre et le type de contamination auquel vous pourriez être confronté. Cela vous aidera à choisir le système de filtration le plus adapté à vos besoins de survie ou de randonnée.

LES PERTES EN SEL ET EN EAU : L’IMPORTANCE DE L’HYDRATATION

Lorsque nous transpirons, notre corps évacue non seulement de l’eau mais aussi des sels minéraux, essentiels au bon fonctionnement de notre organisme.

On peut perdre jusqu’à 3,5 grammes de sel par litre de sueur. La régulation du sel est cruciale car il joue un rôle majeur dans la balance hydrique de notre corps, la transmission des signaux nerveux et la contraction musculaire.

Pour en savoir plus sur le rôle du sel, je vous invite à lire l’article dédié à ce sujet.

PERTES EN EAU

L’hydratation influence directement nos performances physiques.

Une déshydratation de seulement 2% peut entraîner une diminution de 20% de nos capacités, et cela s’aggrave avec la perte de chaque pourcentage supplémentaire. Cela montre que, malgré l’effet stimulant temporaire de produits comme les barres énergétiques, le Red Bull, la caféine, ou autres aides vendues pour la randonnée et la survie, rien ne remplace l’eau comme source d’hydratation.

L’auteur conseil, pour compléter l’hydratation, des feuilles acides comme l’oseille ou les feuilles de berce peuvent être mâchées pendant l’effort pour réduire la sensation de soif.

Enfin, l’eau de mer peut être consommée avec prudence et alternée avec de l’eau douce pour éviter tout danger lié à l’excès de sel.

Toujours équilibrer l’apport en eau et en sel, surtout lors d’activités physiques intenses, pour maintenir une hydratation optimale et prévenir les déséquilibres électrolytiques.Restez attentif à votre corps et ajustez votre consommation d’eau en fonction de vos besoins personnels, de votre niveau d’activité et des conditions environnementales.

Conseil du lecteur:

Il est recommandé de s’hydrater régulièrement par petites quantités, idéalement une à deux gorgées toutes les 20 à 30 minutes, plutôt que de grandes quantités espacées. Boire avant d’avoir soif est crucial, car une fois que vous ressentez la déshydratation, il est déjà difficile de récupérer un état optimal..

Lorsqu’on boit beaucoup d’eau en une seule fois, comme 0,5 litre, le corps, ne pouvant pas utiliser tout cet apport immédiatement, tend à l’éliminer rapidement. Cela se traduit par une envie pressante d’uriner environ 30 minutes après la consommation.

RAFRAÎCHIR DE L’EAU NATURELLEMENT

UTILISATION D’UN LINGE HUMIDE

Rafraîchir de l’eau sans réfrigérateur est possible en utilisant le principe de l’évaporation. Enveloppez votre gourde dans un linge mouillé et exposez-la à un endroit bien aéré, si possible en hauteur pour profiter d’un courant d’air. L’évaporation de l’eau du linge absorbera la chaleur de la gourde, réduisant ainsi la température de l’eau à l’intérieur.

EXPÉRIENCE DU LECTEUR: AVEC UNE BIÈRE

Pour une démonstration ludique de ce principe, vous pouvez refroidir une bouteille de bière. Mouillez une grande chaussette, insérez la bouteille à l’intérieur et accrochez-la à votre rétroviseur lors d’un trajet estival. À l’arrivée, la bière sera fraîche, idéale pour une détente sur la plage. Attention, il vous faudrait une série de rétroviseurs pour rafraîchir suffisamment de boissons pour une soirée complète !

LA MÉTHODE DU TROU Une autre technique consiste à creuser un trou dans le sol pour y placer vos gourdes. Ensuite, entourez-les avec des branches de résineux et recouvrez le tout. Même sous un soleil ardent, cette méthode permet de garder l’eau relativement fraîche grâce à l’isolation naturelle et l’humidité du sol.

PRÉPARATION PHYSIQUE POUR LE PLEIN AIR 🏞️

REPRISE DU SPORT

Monter les marches au lieu de prendre l’ascenseur est un excellent début pour reprendre l’activité physique. Commencez par de courtes promenades dans la nature et augmentez progressivement la durée et l’intensité de vos sorties.

SUIVI DE PROGRÈS

Notez vos performances pour vous mesurer à vous-même, sans se comparer aux autres. Des méthodes comme la méthode Lafay, basée sur la progression personnelle et la prise de notes, peuvent vous aider à progresser en ajoutant peu à peu des répétitions à vos exercices.

EXERCICES D’ASSOUPLISSEMENT

Je vous propose de remplacer votre café matinal par des étirements dès le réveil, et de répéter ces exercices le soir avant de dormir pour relâcher les tensions. Avec cette routine, vous pourriez toucher vos genoux avec votre tête après 30 jours.

PRÉPARATION DU MATÉRIEL

Commencez avec un sac à dos léger et augmentez le poids petit à petit. Ne partez jamais en randonnée avec des chaussures neuves pour éviter les ampoules.

ADAPTATION AU CLIMAT

Exposez-vous progressivement au soleil pour préparer votre peau et réduisez le chauffage pour renforcer votre système immunitaire. Une chambre plus fraîche assure aussi un meilleur sommeil.

PRÉPARATION À LA PLUIE

Ayez des vêtements secs à disposition pour vos périodes de repos.

DORMIR EN EXTÉRIEUR

Commencez par ouvrir les fenêtres, puis essayez de dormir dans votre jardin et progressivement à l’extérieur.

RÉDUCTION DES STIMULANTS

Diminuez votre consommation de café, tabac, alcool, sodas et sucre pour vous désaccoutumer des stimulants.

ALIMENTATION

Réduisez votre consommation de viande et de produits laitiers, et augmentez celle de légumes cuits et crus pour préparer vos papilles à apprécier les saveurs de la nature.

JEÛNE INTERMITTENT

Essayez de pratiquer le jeûne intermittent en commençant par sauter un repas. Progressivement, mangez tôt le soir et ne mangez que le lendemain soir à 18h pour améliorer la qualité de votre sommeil et la réparation de votre organisme.

BALADES EN SOLITAIRE

Commencez par de courtes balades et offrez-vous des moments seuls pour respirer l’air frais de la nature.

RÉFLEXION PERSONNELLE

Ne laissez pas les faits divers influencer votre perception de la sécurité en extérieur. Éteindre la télévision peut être libérateur et vous permet de retrouver du temps pour vos activités.

Conseil : Rappelez-vous que “Celui qui veut faire quelque chose trouve un moyen, celui qui ne veut pas trouve une excuse”. Prenez ces conseils comme des moyens vers une vie plus active et saine en harmonie avec la nature.

LES STAGES DE FRANÇOIS COUPLAN

UNE IMMERSION CONVIVIALE DANS LA NATURE

🌿 Les stages organisés par François Couplan offrent une expérience unique en pleine nature. Vous aurez l’occasion de rejoindre un groupe restreint, de 10 à 20 participants, pour une aventure inoubliable. Grâce à l’expertise de François, vous apprendrez à identifier les plantes sauvages, à les utiliser pour vous nourrir et vous soigner, et à intégrer leur usage dans votre vie quotidienne.

APPRENDRE ET PARTAGER EN COMMUNAUTÉ

La convivialité est au cœur de ces stages. Vous partagerez vos repas en groupe, renforçant les liens avec vos camarades, et passerez vos nuits sous les étoiles. Ces moments de partage renforcent le sentiment de communauté et enrichissent l’expérience d’apprentissage.

DANSE AVEC LA NATURE, PAS CONTRE ELLE

Contrairement aux stages de survie commando, François vous invite à vous harmoniser avec l’environnement. Loin de l’idée de lutter ou de conquérir, vous apprendrez à “danser” avec la nature, en avançant au rythme du groupe, en recherchant des sources d’eau et en sélectionnant les meilleurs sites pour camper.

LEÇONS DU PAYSAGE ET PRÉVISIONS MÉTÉO

François vous enseignera également à lire le paysage et à anticiper la météo, des compétences précieuses pour toute personne souhaitant se rapprocher de la nature.

L’IMPORTANCE DE L’ENTRAIDE

Le niveau du stage est adapté à la personne la moins expérimentée, favorisant l’intégration et le respect mutuel. Les participants sont encouragés à prendre des initiatives, avec la guidance et l’expertise de François.

UN CHANGEMENT DE RYTHME ET D’ALIMENTATION

Attendez-vous à un changement significatif dans votre quotidien. Vous découvrirez la perte de poids, la décompression et l’air pur. Le confort sera sommaire, et le sommeil parfois insuffisant. Le stage est exigeant physiquement, mais l’esprit de groupe favorise l’entraide et la camaraderie.

ÉCOUTER ET COMPRENDRE POUR PROGRESSER

Vous pourrez vous découvrir, apprendre à écouter vos besoins et trouver votre tranquillité. Le stage est conçu pour vous permettre de progresser à votre rythme, en reconnaissant et en respectant vos limites et celles des autres.

PRÉPARATION AU DÉPART

Pour participer à ce stage, il est conseillé de se préparer à un mode de vie épuré. Un sac léger, une attitude ouverte et une volonté de se déconnecter des distractions quotidiennes sont essentiels. Vous explorerez des lieux calmes et oubliés, loin de l’agitation urbaine.

VIVRE LA “SUR-VIE”

Le stage de François Couplan est une invitation à recentrer le corps et l’esprit, à vivre de peu mais mieux, en harmonie avec les éléments essentiels à la vie : l’eau, l’air, la terre, le soleil et le feu.

Pour vous préparer au mieux à cette aventure, je vous suggère d’adopter progressivement les changements de rythme et d’alimentation mentionnés précédemment. Préparer votre corps et votre esprit à cette transition peut faire toute la différence.

 

CONCLUSION ET RESSOURCES

En résumé, l’œuvre de François Couplan transcende le simple concept de livre pour se muer en une véritable formation. La richesse de son contenu dépasse de loin les attentes, prolongeant l’aventure bien au-delà du temps de lecture prévu. Plus qu’un guide, c’est un manuel de formation pour se reconnecter avec la nature et soi-même.

ACQUÉRIR LE LIVRE

Pour ceux désirant poursuivre cette exploration, le livre est disponible à la vente. Le livre contient une liste de plantes avec la description et la même chose avec les champignon.

C’est une opportunité à ne pas manquer pour enrichir votre bibliothèque et votre vie :

 

DÉCOUVRIR LE SITE DE COUPLAN

Pour approfondir vos connaissances sur l’auteur et son univers :

S’INSCRIRE AUX STAGES

Et si vous souhaitez vivre une expérience authentique, les stages de survie douce de François sont une occasion en or. C’est une expérience unique, sans commission, simplement une chance de rencontrer une personnalité authentique :

les stages de François Couplan ne sont plus disponibles. (j’ai la chance de faire le dernier !)

mais il a créer une formation ligne pour vous permettre d’obtenir son savoir.

visitez cette page https://couplan.com/stages2/

Investir dans ces stages, c’est s’offrir bien plus que de simples connaissances ; c’est une porte ouverte sur un apprentissage qui vous apportera énormément sur le plan personnel. Saisissez cette occasion !

NOTE PERSONNELLE

François Couplan est un guide authentique dans le monde des plantes et de la survie en nature. Participer à ses stages, c’est s’engager dans un parcours d’apprentissage profond et durable. Il vous offre non seulement les clés pour comprendre la nature, mais aussi pour vous comprendre vous-même à travers elle. Ne laissez pas passer cette chance d’apprendre de l’un des meilleurs.

Si l'article vous a plu, vous êtes libre de le partager ! ; )

En échange d'un commentaire, je vous envoi un bonus ; ) ! Merci de m'avoir lu !