You are currently viewing Interview de Domenico Morabito sur le Phytomanagement #0133

Interview de Domenico Morabito sur le Phytomanagement #0133

Face à la dégradation environnementale, le phytomanagement se présente comme une solution viable. Dans cet article,Interview de Domenico Morabito sur le Phytomanagement, nous découvrons les recherches de Domenico Morabito, expert en biologie-biochimie à l’Université d’Orléans, qui étudie comment les plantes peuvent nettoyer les sols pollués. Ses enseignements et recherches offrent des perspectives précieuses sur la restauration des écosystèmes.s.

Bienvenue à nouveau sur Le blog des plantes sauvages ☘️ ! Comme ce n’est pas la 1ère fois que vous venez ici, vous voudrez sans doute recevoir mon livre « 3 Plantes 3 Recettes 0 stress  » : cliquez ici pour recevoir le livre gratuitement ! 🙂

Présentation de Domenico Morabito

Domenico Morabito : Expert en Phytoremédiation

Maître de conférences en Biologie-Biochimie à l’Université d’Orléans, Domenico Morabito est spécialisé en phytomanagement. Il débute comme conférencier en 1996 et effectue des recherches aux États-Unis sur la résilience des tomates en conditions de stress. Son doctorat, obtenu en 1994 à l’Université de Nancy I sous la direction du professeur Pierre Dizengremel, explore les effets du sel sur l’Eucalyptus microtheca. Ses travaux se concentrent sur la dépollution des sols par les plantes.

Interview avec Domenico Morabito sur le phytomanagement


Bonsoir Monsieur Domenico. Merci d’avoir accepté cette session de questions-réponses. Pourriez-vous nous expliquer ce qu’est le phytomanagement1?

Domenico Morabito: Le phytomanagement implique l’utilisation de végétaux pour contrôler, et non nécessairement réduire, la pollution. Cela peut inclure des stratégies pour limiter la dispersion des polluants par le vent, particulièrement dans les cas de métaux lourds.

L’objectif est de couvrir les sites pollués afin de prévenir la dispersion par le vent des particules polluantes, qui sont principalement constituées de métaux lourds

principe phytomanagement phytoremediation

Comment peut-on reconnaître une zone polluée?

Domenico Morabito: Les « métallophytes2« , des espèces végétales spécifiques, poussent souvent dans des zones polluées par des métaux précis comme le nickel ou le cuivre. En observant ces plantes, on peut déduire la présence de pollution métallique dans le sol.


Quels végétaux indiquent la présence de pollution?

Domenico Morabito: Une forte concentration de certaines plantes peut indiquer une contamination métallique dans le sol. Parfois, la sève de ces plantes peut être colorée par les métaux, fournissant un indice visuel de pollution3.


Qu’est-ce qui définit une zone polluée?

Domenico Morabito: Une zone est considérée comme polluée si elle présente des niveaux de métaux ou de polluants organiques/inorganiques4 supérieurs à la norme. La concentration et la disponibilité de ces polluants peuvent affecter la santé humaine, faisant de certaines zones des sites à risque nécessitant une surveillance et une réhabilitation.

En principe, il est important de se référer aux normes5 actuelles en matière de sécurité industrielle pour éviter ce type de pollution. Cependant, dans les anciens sites sidérurgiques, les fonderies et les usines qui traitaient des métaux, ainsi que dans les mines abandonnées, souvent oubliées, la pollution reste un problème majeur

Site polué en france 2018
site polué en france

Quelles sont les maladies liées à la consommation de végétaux contaminés?

Domenico Morabito: Les maladies peuvent inclure des cancers et des troubles du système nerveux. Il est crucial de comprendre que la concentration seule ne suffit pas pour évaluer le risque. La disponibilité du métal dans le sol est également un facteur déterminant.

Je vous remercie, Monsieur Morabito, pour ces informations précieuses.


L’interview de Domenico Morabito souligne l’importance et l’efficacité de la phytoremédiation dans la gestion des sols pollués. Ses contributions académiques et ses recherches approfondies démontrent son engagement envers la préservation environnementale. M Morabito, par son travail et sa passion, inspire ceux qui aspirent à un futur plus vert et durable.

Autres ressources

Cette interview à été réaliser lors de la 11 ème journée botanique au MOBE d’Olréans. Rdv sur la page web https://www.biodiversite-centrevaldeloire.fr/decouvrir/l-observatoire/pole-flore-habitats

Pour regarder une autre interview Cliquez ici 👉 Interview Rémi FRIOUX Botaniste #0140

La présentation de Domenico MORABITO en PDF Cliquez ici 👉PDF

  1. Le phytomanagement, aussi connu sous le nom de « phytoremediation », est une méthode utilisant des plantes et leurs racines pour nettoyer, extraire, contenir ou détruire des polluants dans le sol, l’eau ou l’air. Cette technique est souvent utilisée pour traiter des sols contaminés par des métaux lourds ou d’autres substances toxiques. ↩︎
  2. Les métallophytes sont des plantes qui ont la capacité de croître dans des sols riches en métaux lourds, comme le plomb, le cadmium, le cuivre ou le zinc. Ces plantes ont développé des mécanismes de tolérance uniques qui leur permettent de survivre et même de prospérer dans des conditions qui seraient toxiques pour la plupart des autres espèces végétales ↩︎
  3. Hyperaccumulation de Nickel par Alyssum bertolonii : Certaines plantes, comme Alyssum bertolonii, peuvent hyperaccumuler le nickel dans leurs tissus, conduisant parfois à une sève avec des teintes vertes ou bleuâtres dues à la présence élevée de nickel.
    https://www.mediachimie.org/sites/default/files/Chimie%20et%20nature_157pdf.pdf ↩︎
  4. Polluants Organiques :
    Composition : Les polluants organiques sont composés de molécules contenant du carbone, associé à d’autres éléments comme l’hydrogène, l’oxygène, le soufre, le phosphore ou l’azote.
    Sources : Ils proviennent souvent d’activités humaines telles que l’agriculture, l’industrie, ou les rejets domestiques.
    Exemple : Un exemple classique est le pesticide DDT (Dichloro-Diphényl-Trichloroéthane). Ce composé a été largement utilisé pour contrôler les insectes nuisibles mais a été interdit dans de nombreux pays en raison de sa persistance dans l’environnement et de sa capacité à s’accumuler dans la chaîne alimentaire, présentant des risques pour la santé humaine et animale.
    Polluants Inorganiques :
    Composition : Les polluants inorganiques ne contiennent généralement pas de carbone. Ils sont constitués d’autres éléments ou de minéraux.
    Sources : Ils peuvent provenir de sources naturelles (comme les éruptions volcaniques) ou de sources anthropiques (comme les industries, l’agriculture, et les processus d’exploitation minière).
    Exemple : Le plomb est un polluant inorganique courant. Il peut provenir de la peinture à base de plomb, des tuyaux d’eau, des carburants, et de divers processus industriels. Le plomb est toxique pour les êtres humains et les animaux, causant divers problèmes de santé, en particulier chez les enfants.
    La distinction entre ces deux types de polluants est importante car elle influence la manière dont ils se comportent dans l’environnement et la façon dont ils doivent être gérés ou éliminés. Les polluants organiques peuvent souvent être dégradés par des processus biologiques, tandis que les polluants inorganiques sont généralement plus persistants et peuvent s’accumuler dans les sols ou les sédiments. ↩︎
  5. https://www.senat.fr/questions/base/2010/qSEQ10101056S.html
    https://www.inbw.be/parametres-et-normes
    https://www.lenntech.fr/applications/potable/normes/normes-oms-eau-potable.htm ↩︎
Si l'article vous a plu, vous êtes libre de le partager ! ; )

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.