You are currently viewing 10 bonnes raisons d’apprendre les bienfaits des plantes sauvages
Randonnée GR635D départ de Venterol 05130 région PACA

10 bonnes raisons d’apprendre les bienfaits des plantes sauvages

1 Améliorer son alimentation

Les plantes sauvages sont une véritable mine d’or nutritionnelle. Elles nous offrent une alimentation riche et variée. Effectivement, elles sont particulièrement riches en protéines, vitamine C, minéraux et autres vitamines. Pour illustrer cela, prenons l’exemple de l’ortie, cette “mauvaise herbe” que tout le monde connaît :

Le classement de l’ortie dans les différentes catégories nutritionnelles

L’ortie présente des valeurs nutritives impressionnantes :

  • Eau : elle en contient 80 % de son poids.
  • Elle se situe au même niveau que la figue fraîche et la pomme de terre en termes de calories, que les pois cassés pour les lipides, que les figues séchées pour le phosphore, que la menthe pour le fer et rivalise avec les épinards en provitamine A.
  • Elle est moins riche que les noisettes en glucides et protéines, et que la pomme de terre en potassium.
  • Toutefois, elle surpasse l’ail en potassium et protéines.
  • Elle offre deux fois plus de calcium que les figues séchées, plus de phosphore que les épinards, plus de magnésium que l’ail et les haricots verts.
  • Elle contient trois fois plus de fer que les épinards.
  • Elle possède sept fois plus de vitamine C que l’orange et le citron.
  • Et elle offre dix fois plus de provitamine A que les petits pois.

De manière générale, beaucoup de “mauvaises herbes” surpassent nos légumes cultivés sur le plan nutritionnel. La raison est simple. D’une part, les terres utilisées pour la production de légumes à grande échelle s’appauvrissent. D’autre part, les plantes sauvages poussent souvent près des forêts et des chemins qui se régénèrent naturellement chaque année, bénéficiant ainsi de terres riches en minéraux.

Une étude ESTEBAN a révélé que 20 % des femmes en âge de procréer présentent une déplétion totale des réserves en fer. 21 % ont des réserves faibles, 7 % sont anémiées, et 4 % souffrent d’une anémie ferriprive, souvent non traitée1.

2 S’améliorer en cuisine

Découvrir les plantes sans une recette en main, c’est comme essayer de conduire sans destination.

Une fois que vous aurez maîtrisé l’utilisation d’une plante, il vous faudra un but pour votre cueillette. À cet égard, je vous recommande chaudement le site de Nathalie Deshayes. Pour ma part, c’est une véritable source d’inspiration. C’est d’ailleurs grâce à ses recettes que j’ai fait mes premiers pas dans ce domaine. Mon premier essai était une recette à base d’ortie. Vous pouvez la retrouver ici : Pistou à l’ortie.

Ensuite, pour approfondir vos connaissances, je vous suggère d’obtenir un livre de recettes de François Couplan. Il est parfait pour une utilisation au quotidien et même en randonnée. Pour épater vos invités, un ouvrage de Marc Veyrat pourrait aussi être une excellente idée.

recette cuisine sauvage croquette chenopode blanc
recette cuisine sauvage croquette chenopode blanc

3 S’amuser avec vos enfants tout en leur faisant manger des légumes

Une étude menée par l’Association Santé Environnement France (Asef) a révélé une méconnaissance étonnante des 8-12 ans en ce qui concerne la diversité des fruits et légumes et la composition de certains plats.

Parmi les 910 enfants interrogés, 87 % ne pouvaient pas reconnaître une betterave, et 25 % d’entre eux ignoraient que les frites étaient faites à partir de pommes de terre. Dans bien des foyers, les parents, souvent débordés par le travail, peinent à trouver le temps ou la motivation de cuisiner des repas maison2.

 

Laissez-moi vous partager une expérience personnelle.

J’ai eu la chance de m’engager comme bénévole avec la fondation “La Vie au Grand Air”, organisant des sorties en pleine nature pour des enfants âgés de 6 à 18 ans.

Lors de ma première intervention, j’avais prévu une séance de cueillette agrémentée d’un jeu de mémorisation. Pour la fin de journée, un feu de camp pour griller des chamallows et préparer des chapatis de lamiers pourpres était au programme.

Lors de la cueillette, le plus jeune du groupe, âgé de seulement 6 ans, a exprimé le désir d’utiliser mon couteau pour récolter les plantes. Après lui avoir montré comment faire en toute sécurité, je lui ai fait confiance. Quelques minutes plus tard, il revenait fier comme Artaban avec trois poignées de plantes.

J’ai ensuite guidé le petit garçon dans la préparation des chapatis : comment hacher finement les plantes, les intégrer à la pâte que j’avais préparée à l’avance, et enfin réaliser les boulettes.

Pendant la cuisson, j’ai mis un point d’honneur à enseigner aux enfants les précautions à prendre autour du feu. Ils ont tous participé avec enthousiasme et ont savouré leurs chapatis au lamier pourpre avec délectation.

L’excitation était à son comble à l’idée de faire un feu de camp “comme de vrais indiens”. L’apprentissage autour des plantes s’est fait naturellement, de façon ludique et mémorable.

Alors chers parents, c’est à votre tour ! N’oubliez pas : les enfants adorent relever des défis et apprécient les plaisirs simples.

4 Stimuler ses sens

Se plonger dans l’observation des plantes sollicite l’ensemble de nos cinq sens.

Chacun d’entre eux traite l’information à des degrés divers : la vue prend en charge 83%, l’ouïe 11%, l’odorat 3,5%, le toucher 1,5% et enfin le goût 1%3. En passant du temps en pleine nature et en utilisant activement nos sens, notre perception des plantes environnantes s’affine rapidement. D’ailleurs, les enfants de moins de 12 ans s’exercent naturellement à ce jeu chaque jour. Pour les adultes, cela peut être un peu plus difficile au départ, mais l’effort en vaut la peine car la mémorisation n’en sera que renforcée.

En s’adonnant à des jeux comme le “memory” ou simplement en cuisinant les plantes fraîchement identifiées, il devient à la fois plaisant et ludique d’explorer l’univers des plantes sauvages.

5 Augmenter son autonomie

En revisitant les points précédemment évoqués – se nourrir et mémoriser des plantes – on se rend compte qu’on récupère un savoir ancestral, souvent oublié.

Mais abordons un aspect pragmatique : parlons finances €€€ !

Face à des imprévus, tels que la perte d’un emploi, un endettement ou même une crise sanitaire comme celle du covid, savoir reconnaître et utiliser les plantes sauvages devient un véritable trésor. Ce savoir peut contribuer à nourrir votre famille et à répondre à ses besoins essentiels.

Prenons un exemple : le coût d’un repas à l’extérieur, que ce soit dans une entreprise ou un restaurant, oscille entre 6,4 et 18,4 €4. En moyenne, préparer un repas chez soi revient à environ 3,02 € par personne (soit 272 € sur un mois, divisé par 30 jours, puis par 3 repas)5.

Imaginez une simple sortie dominicale, où vous profitez de la nature tout en cueillant des plantes sauvages. Cette activité pourrait vous permettre de concocter au moins trois repas par semaine pour chaque membre de la famille. Si on fait le calcul, cela équivaut à une économie de 3 € multipliée par 3 repas, sur 4 semaines, soit 36 € mensuels. Certes, maîtriser cette compétence demande un investissement en temps et en apprentissage, mais nul doute que vous en êtes capable.

En vous lançant dès aujourd’hui, imaginez : dans un an, vous connaîtrez au moins 10 plantes et disposerez de 10 recettes. Non seulement vous aurez enrichi votre alimentation grâce aux vertus des plantes, mais vous posséderez aussi des compétences pour prodiguer des soins à vos proches. Et, cerise sur le gâteau, vous serez armé de sérénité face aux éventuelles pénuries futures.

6 Savoir se soigner avec les plantes

Les plantes sauvages recèlent d’innombrables vertus médicinales.

S’approprier cette richesse de connaissances peut vous offrir des solutions face à des maux mineurs du quotidien. Nombreux sont les ouvrages détaillant des recettes de remèdes naturels et proposant des compositions pour des tisanes salutaires, faciles à concocter chez soi.

Pour approfondir le sujet, je vous recommande notamment “Le petit Larousse des plantes qui guérissent : 500 plantes et leurs remèdes” de Couplan, G. D.-F., publié en 2019 par les éditions LAROUSSE.

7 Se rapprocher de la nature et comprendre ses mécanismes

En vous initiant à l’étude des plantes, vous vous ouvrirez naturellement à d’autres domaines connexes : les arbres, les insectes, le cycle de l’eau, le fonctionnement de notre organisme, nos besoins essentiels, et bien d’autres encore.

8 Boostez votre mémoire

Il est agréable d’avoir une belle collection de livres, mais retenir leurs contenus pour la vie, c’est un véritable plus !

Quel plaisir de se balader sur un sentier de randonnée, de croiser différentes plantes et de pouvoir les identifier. Et que dire du bonheur de savoir ensuite comment les cuisiner !

 

 

L’anecdote amusante ? Le livre qui m’a initié à l’identification des plantes pèse 700g. Et pourtant, mon cerveau, qui a 32 ans, ne pèse pas un gramme de plus, même après avoir intégré la connaissance de dizaines de plantes ! Dans d’autres articles, je vous propose des techniques ludiques pour mémoriser durablement les noms des plantes sauvages. Pour en avoir un avant-goût, jetez un œil à l’article “Comment mémoriser 12 familles de plantes en 5 minutes” – c’est un peu farfelu, mais je vous assure que cela fonctionne !

9 Voyagez léger en randonnée

Nombreux sont les randonneurs qui optent pour des repas lyophilisés, coûtant environ 20 € par jour pour un poids de 125g par portion6. Certes, si vous comptez arpenter les montagnes en hiver, où les plantes se font rares, ce choix est compréhensible.

Cependant, si vous marchez sur des itinéraires de Grande Randonnée, comme le célèbre chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, savoir reconnaître et utiliser les plantes locales peut vous permettre de considérablement réduire le poids de votre sac, tout en bénéficiant d’une nourriture fraîche et de grande qualité.

Pour mettre en perspective : une simple boîte de raviolis pèse 400g, soit un repas pour deux personnes coûtant 1,80 €7. Si vous partez en randonnée pendant 5 jours avec une autre personne, cela représente un poids additionnel de 4 kg de conserves dans votre sac, sans parler de la gestion des emballages.

Avec une connaissance des plantes, vous n’aurez besoin que de quelques ustensiles et d’un sac en tissu accroché à votre sac à dos pour récolter ce dont vous avez besoin. Environ 30 minutes de cueillette suffisent pour préparer un repas pour trois. Bien sûr, la qualité gustative de votre repas dépendra de vos compétences culinaires – mais cela, c’est une question d’entraînement !

Ustensile cuisine sauvage
Ustensile cuisine sauvage pendant une semaine sur le GR653D : un torchon pour trier les plantes, un couteau et une planche à découper pour émincer, une boite hermétique pour faire les mélanges et un réchaud

Alors, dès aujourd’hui, faites le choix d’alléger votre sac tout en nourrissant votre esprit. Embarquez pour un voyage plus léger, plus savoureux, et surtout, plus sain !

10 Cultivez votre jardin à la perfection

Que vous n’ayez pas la main verte ou que vous soyez un jardinier en herbe, ce point va vous intéresser !

Le monde de la botanique regorge de merveilles, notamment avec les plantes aromatiques. Non seulement elles nous offrent des propriétés médicinales, mais elles sont aussi robustes et peu sujettes aux maladies. Ainsi, elles deviennent de véritables trésors à intégrer dans votre jardin. Par exemple, la capucine attire certains nuisibles comme les pucerons, la tanaisie repousse des insectes indésirables, et certaines plantes contribuent à nourrir le sol.

Découvrez tous leurs secrets pour booster la productivité et la durabilité de votre potager. Non seulement vous ferez des économies, mais vos voisins risquent d’être épatés par vos splendides légumes biologiques et résistants.

Et vous chers lecteurs, d’après vous quelles sont les autres bonnes raisons d’apprendre les bienfaits des plantes sauvages ? Notez vos réponses dans les commentaires.

A bientôt

En échange d'un commentaire, je vous envoi un bonus ; ) ! Merci de m'avoir lu !

Si l'article vous a plu, vous êtes libre de le partager ! ; )

En échange d'un commentaire, je vous envoi un bonus ; ) ! Merci de m'avoir lu !